Elon Musk a assuré que son entreprise Tesla « serait fermée » si ses véhicules étaient utilisés à des fins d'espionnage.

Ce fut un week-end riche en accusations d’espionnage international. Le 19 mars 2021, le Wall Street Journal a publié une enquête qui révèle que la Chine se méfierait des véhicules Tesla, au point où ils seraient désormais interdits d’utilisation par ses officiels de l’armée ou de membres importants du gouvernement.

La Chine aurait commandé des rapports d’analyses poussés de tous les modèles vendus par l’Américain Tesla, qui commercialise des véhicules électriques ayant la capacité d’être en partie autonomes. Les voitures comme les Model 3 ou Model X disposent de très nombreux capteurs et caméras, qui seraient, selon le gouvernement chinois, capables « d’enregistrer en permanence » tout ce qu’il se passe.

Piqué au vif, Elon Musk, le CEO de Tesla, n’a pas tardé à réagir. «  Nous avons tout intérêt à garder toute information très confidentielle », a-t-il commenté par vidéo interposée, au cours du China Development Forum du week-end. «  Si Tesla utilisait ses voitures pour espionner la Chine ou ailleurs, nous serions forcés de fermer. »

Tesla est très populaire en Chine

Selon Reuters, qui confirme les informations du Wall Street Journal, l’armée chinoise aurait tout bonnement cessé d’accepter les véhicules Tesla dans l’enceinte des complexes militaires. Beijing aurait peur que certaines données — notamment, qui se déplace où et quand — pourraient être transférées au gouvernement américain.

La Chine est pourtant un marché très important pour le fabricant américain : en 2020, Tesla y a réalisé un chiffre d’affaires de 6,6 milliards de dollars, soit environ 20 % du CA total de Tesla dans le monde. C’est notamment l’abordable Model 3 qui est la plus populaire.

Tesla Model 3 // Source : Nicolas Valeano pour Numerama

Depuis un an, Elon Musk s’est montré bien plus coopératif avec les autorités chinoises qu’avec le gouvernement américain, comme l’a souligné Bloomberg  : il a notamment promis de se conformer aux règles en vigueur lorsque la Chine a soulevé des questions sur la sécurité de ses véhicules.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo