Un an après l'avoir montrée sur son stand lors du CES, Sony continue de perfectionner sa voiture 100 % électrique. Mieux, elle est actuellement testée sur les routes européennes.

Il y a un an, à l’occasion du CES 2020, Sony dévoilait… une voiture. On souriait à l’époque mais, aujourd’hui, le projet semble toujours très sérieux. Dans un communiqué diffusé le 11 janvier 2021, la firme nippone a reparlé de son véhicule baptisé Vision-S, précisant qu’elle était en train de le tester sur les routes européennes et qu’elle avait augmenté le nombre de capteurs pour la conduite autonome (de 33 à 40, ce qui ne veut rien dire tant qu’on ne sait pas à quoi ils servent ni comment ils sont utilisés).

«  Dans le but de faire progresser la mobilité, le développement de Vision-S est passé à la vitesse supérieure  », indique Sony, qui peut s’appuyer sur plusieurs partenaires phares du marché de l’automobile pour faire avancer le projet dans la bonne direction (Bosch, Magna, Continental…). Bien évidemment, un avenir commercial n’est pas du tout à l’ordre du jour, même si la longue vidéo making-of de huit minutes peut laisser planer le doute sur les intentions réelles de Sony. 

Sony est bien entré dans l’automobile

L’avenir dira si la Vision-S pourra, un jour, être acquise par le grand public. En attendant, son intérêt est davantage axé sur le développement de technologies pensées pour la mobilité future. Sur ce point, Sony a des avantages à faire valoir, susceptibles de plaire à des constructeurs automobiles. Ainsi, la firme nippone sait concevoir des capteurs indispensables au fonctionnement de la conduite autonome. Elle dispose par ailleurs d’un savoir-faire en matière d’écosystème centré sur l’utilisateur. Ses produits — télévisions, smartphones, consoles de jeux vidéo — peuvent en attester. En d’autres termes, que ce soit sur le hardware ou le software, Sony a un rôle à jouer.

Pour l’heure, la Vision-S est un outil de communication b-to-b pour Sony. La voiture, dont les caractéristiques techniques restent floues (autonomie ?), lui permet de montrer aux autres ce dont il est capable pour améliorer la sécurité, d’une part, et proposer de vraies expériences divertissantes à bord, d’autre part. On peut par exemple apercevoir une manette PlayStation et un écran qui affiche le jeu vidéo Sackboy : A Big Adventure en train de tourner. En termes d’interface et de possibilités (reconnaissance faciale, commandes gestuelles, multi-écran), la Vision-S est, semble-t-il, très bien lotie.

Intérieur de la voiture Sony Vision-S // Source : Sony

« Nous continuons de réfléchir à ce que devrait être la mobilité et de faire des propositions en tant que Sony. Nous réfléchissons à comment mieux utiliser notre temps de trajet  », indique l’entreprise. En bref, Sony aspire à devenir un acteur de poids sur le segment de la conduite autonome, quand on sera en mesure de lâcher le volant pour une manette PlayStation — que ce soit au sein de la Vision-S ou d’une autre voiture.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo