Portée par un marché en pleine croissance, la guerre du vélo électrique s'intensifie ces dernières années. Si les Français sont de plus en plus friands de vélo électriques et pratiques, pour les constructeurs, il faut désormais se différencier. La marque Velobecane a fait le pari du VAE à petit prix. Mais peut-on réellement offrir un vélo électrique de qualité, confortable et sécurisant ?

À l’instar de nombreuses startup qui fleurissent sur le marché du vélo électrique, Velobecane, la marque française qui veut faire des vélos électriques accessibles à tous, débarque dans le très spécialisé secteur du vélo électrique pliant. Avec son modèle Compact, elle s’est lancée le défi de séduire les clientes et clients qui n’auraient que peu à investir dans un vélo, avec une monture pratique et efficace. Suffisant pour en faire une référence ? Après 10 jours d’utilisation, verdict dans notre test du Velobecane Compact.

Le Velobecane Compact // Source : Jean-Baptiste Lasserre pour Numerama

Design et fonctionnalités

Le Velobecane Compact semble avant tout avoir été pensé pour être pratique. Contrairement à ses concurrents, comme Eovolt et son Confort au look très travaillé, la marque française n’a pas fait du design sa priorité. Un style très classique, qui rappelle le vieux vélo col de cygne de son enfance. Si l’aluminium a été privilégié pour le cadre, le vélo reste assez lourd avec ses 21 kg sur la balance. Dans le choix des matériaux, le moindre coût a été privilégié. Tous les modèles sont toutefois conçus dans les bureaux parisiens de la marque et assemblés en France.

Le système de pliage est également très classique avec deux articulations au niveau du cadre et du guidon. En quelques manœuvres, le vélo se plie et se déplie facilement. À noter que la marque a fait le choix de suspendre la fourche avant et la tige de selle.

Le Velobecane Compact // Source : Jean-Baptiste Lasserre pour Numerama

De prime abord, on pourrait craindre les conséquences de l’économie sur les matériaux sur l’électrification. Velobecane a opté pour une batterie générique au Lithium-ION de 10Ah/15Ah, sans marque. Malgré tout, la batterie amovible parfaitement intégrée à la monture, reste pratique. Bien calée dans son emplacement à l’arrière de la selle, elle se retire — et se transporte — facilement grâce à sa poignée de transport. Sur le vélo, elle est protégée par un système de verrouillage par clé. Il faut compter environ 6h pour un chargement complet, pour une autonomie moyenne annoncée de 50 km. Côté moteur, on retrouve un moteur brushless de 250W intégré dans moyeu arrière avec 5 niveaux d’assistance.

L’assistance électrique du Compact se combine à 7 vitesses, dont la transmission est assurée par un dérailleur externe Shimano Tourney. Pour ce qui est du freinage, on retrouve des freins à disques Tektro à l’avant comme à l’arrière. Velobecane apporte une attention toute particulière à l’adhérence au sol puisque la marque a fait le choix de la sécurité avec des pneus de 20 pouces Kenda, reconnue notamment pour sa fiabilité dans le milieu du VTT.

Alors que l’on reproche souvent aux constructeurs de privilégier le design quitte à oublier certains accessoires indispensables, il faut reconnaître que Velobecane a fait l’effort d’intégrer à son modèle Compact les équipements obligatoires. Côté éclairage, il est équipé de deux feux LED Spanninga de 36V, alimentés par la batterie du vélo. Blanc à l’avant, rouge à l’arrière, conformément au Code de la route. L’éclairage passif n’a pas non plus été oublié puisque l’on retrouve également des réflecteurs orange sur les roues avant et arrière ainsi que sur les pédales.

Dernier point, le vélo possède un klaxon intégré directement au système électrique. La marque française a également soigné le confort d’utilisation de ses usagers en ajoutant une béquille en acier, des garde-boues sur les deux roues et un porte bagage à l’arrière pouvant supporter jusqu’à 25 kg. Pratique pour faire ses courses, même par temps de pluie.

Le Velobecane Compact // Source : Jean-Baptiste Lasserre pour Numerama

Sur la route

Une fois le paquet en votre possession, le montage est plutôt rapide et permet une utilisation quasi immédiate. Après l’avoir sorti de son carton, il faudra toutefois s’astreindre de quelques manipulations avant de pouvoir s’élancer. Première étape, déplier la monture. Il faut ensuite positionner le guidon et le selle dans leurs emplacements respectifs, et en ajuster la taille à sa corpulence. Dernière étape : visser les pédales, et vous voilà prêt à partir.

Pour allumer la batterie, un petit coup de clé en position « on » est nécessaire avant de pouvoir démarrer le cadran LCD qui fait office de compteur. Un modèle d’écran très classique comme on en retrouve sur beaucoup de modèles de VAE. Mais néanmoins très simple avec trois commandes disponibles : un +, un – et une touche d’alimentation. Il affiche le niveau de batterie, le niveau d’assistance, la vitesse ainsi que la distance totale parcourue. Petite astuce pratique, il est possible d’activer le rétroéclairage pour la nuit en appuyant sur le + pendant 3 secondes. Tout aussi pratique, le bouton d’allumage et d’extinction des phares situé juste au-dessous est très appréciable, malgré l’absence d’un voyant ou d’un indicateur sur le cadran. Il est accompagné d’un bouton permettant d’actionner le klaxon et sa sonorité… pour le moins surprenante. Oui, ça fait un gros TUT.

Le Velobecane Compact // Source : Jean-Baptiste Lasserre pour Numerama

Le vélo dispose pour se lancer d’une option d’aide au démarrage. En appuyant quelques secondes sur le -, l’assistance donne une petite impulsion qui permet de se mettre en route. Lors des premiers coups de pédales, la sensation d’être très proche du guidon peut être un peu étonnante si vous avez l’habitude des vélos classiques. Mais la prise en main est assez rapide. En manipulant un peu les vitesses et les niveaux d’assistance, on trouve très vite le rapport qui nous convient.

Malgré les réticences concernant la performance du moteur au premier abord, l’assistance se révèle en réalité très efficace. Sa grosse puissance est surprenante notamment lorsque la route s’élève. Un régal en montée, même en niveau d’assistance 2 couplé à un petit braquet. Le bruit du moteur est assez discret et la transmission plutôt réactive. Il est en revanche quasiment impossible d’atteindre et de dépasser les 25 km/h si la route ne descend pas. La faute au poids du vélo relativement lourd et à la transmission qui, même en 7e vitesse ne permet pas d’amener un braquet suffisant pour pousser le vélo.

La tenue de route est pour sa part très bonne. Le poids important de la monture procure une bonne stabilité. Le vélo est également très maniable et fait preuve de beaucoup de souplesse. Gros point fort, la fourche et la selle suspendus apportent beaucoup de confort, particulièrement sur les passages pavés ! Cependant, le franchissement d’une portion accidentée, comme un caniveau ou une plaque d’égouts, a tendance à déstabiliser et invite à la prudence. Une sensation qui est peut-être toutefois uniquement due à la suspension. De plus, le freinage manque de fermeté. Paradoxalement à l’assistance plutôt agressive, les freins à disques ne sont pas suffisamment incisifs.

Le Velobecane Compact // Source : Jean-Baptiste Lasserre pour Numerama

Le confort d’utilisation laisse en revanche un peu plus perplexe. La position permettant de maintenir le dos doit est agréable. Mais la selle est peu confortable à la longue. Même constat en ce qui concerne le pliage et transport. Facile à replier, il l’est moins à transporter. Son poids qui est un avantage sur la route peut être handicapant lorsqu’il s’agit de déplacer la monture pliée. À noter également que le garde boue et le phare avant ont tendance à bouger au moment du dépliage. Autre bémol, la forme du vélo le rend compliqué à attacher et nécessite un cadenas maniable. D’autant que la béquille, non-réglable, est un peu trop longue pour la taille du cycle.

À la fin du trajet, ne pas oublier de tourner la clé sur « off » pour éteindre la batterie. Si l’autonomie est arrivée à son terme, il suffit de mettre la clé en position « Unlock » et de retirer le bloc batterie. La selle est inclinable pour permettre de faire passer la batterie. Après la charge, il faudra toutefois veiller à la remettre dans son emplacement avec minutie, car elle peut se bloquer dans son support si elle n’est pas parfaitement positionnée. D’expérience, ce fâcheux contretemps vous coutera une petite frayeur.

Disponible en 4 couleurs — gris, noir, blanc ou kaki — il faudra débourser 879 € pour acquérir ce modèle grand public. Un tarif bien en dessous des marques concurrentes plus renommées.

En bref

Velobecane Compact

Note indicative : 4/5

Avec son Compact, Velobecane semble avoir réussi son pari. Elle nous livre un modèle d’entrée de gamme pratique et accessible, conçu pour les petits budget qui cherchent à se déplacer sans faire trop d’efforts. Adapté aussi bien pour la ville que pour la campagne, avec en prime tous les équipements obligatoires. Une monture idéale pour les novices qui souhaitent aborder facilement la transition vers le vélo et s’initier à la routine du cycliste.

On pourra toutefois lui reprocher son poids encore trop élevé qui rend le transport du vélo plié difficile. Un peu dommage pour un vélo pliant, dont l’essence même est de faciliter les déplacements. Ainsi que le manque d’attention apporté aux finitions et le choix des matériaux qui nous interrogent sur la fiabilité et l’évolution de la monture à long terme.

Top

  • Fourche et selle suspendus
  • Effort sur les équipements obligatoires
  • Prix

Bof

  • Design peu travaillé
  • Transport difficile
  • Finitions négligées

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo