De nouvelles règles deviennent obligatoires pour les trottinettes électriques, mais aussi pour les autres engins de déplacements personnels motorisés, comme les hoverboards, les gyropodes et les mono-roues.

Trottinettes électriques, mono-roues, gyropodes et hoverboards : ces nouveaux engins de déplacement personnels motorisés sont soumis à une réglementation à part depuis octobre 2019 pour pouvoir circuler en agglomération et en dehors. Cependant, l’entrée en vigueur de quelques articles du décret sur les caractéristiques techniques et les conditions de circulation de ces véhicules était remise au 1er juillet.

Feux et dispositifs réfléchissants

Ces articles concernent divers équipements de sécurité et de visibilité qui sont désormais obligatoires sur ces engins. Il s’agit de feux de position, à l’avant et à l’arrière, de dispositifs réfléchissants à divers endroits, d’un klaxon et d’un système de freinage. Par ailleurs, c’est aussi depuis le 1er juillet que des limites de dimension (largeur et longueur) s’imposent aux fabricants.

Dans le détail, concernant le feu de position avant, les trottinettes électriques et les autres engins mentionnés précédemment doivent en avoir un émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche. Concernant le feu arrière, il doit aussi être présent par tout temps et être nettement visible à l’arrière lorsque le véhicule est monté, de couleur rouge et non éblouissant.

La loi exige que l’on soit facilement repérable de nuit comme de jour quand on utilise ces engins.

Pour les catadioptres, c’est-à-dire les dispositifs rétro-réfléchissants, ils deviennent aussi obligatoires depuis le 1er juillet et doivent être disposés à divers endroits de l’engin, afin de pouvoir être repéré de tous les côtés à la fois : il est demandé un catadioptre blanc visible de l’avant, des catadioptres oranges visibles latéralement, et un ou plusieurs catadioptres rouges à l’arrière.

Une infraction à l’une de ses dispositions peut entraîner une amende forfaitaire de 11 euros (contravention de la première classe).

Freins et klaxon

Si vous devez être vu, vous devez aussi être entendu. Un klaxon (ou avertisseur sonore) doit être présent sur votre engin et le son doit porter suffisamment pour être audible à 50 mètres — dans des conditions idéales, évidemment, car en ville le bruit ambiant risque de le masquer à bonne distance. L’avertisseur sonore doit être accessible sur le guidon ou bien porté, dans le cas d’un véhicule en étant dépourvu.

Depuis le 1er juillet, il est aussi demandé que la trottinette électrique, le gyropode, l’hoverboard et autre mono-roue doivent être munis d’un dispositif de freinage efficace. L’article renvoie à un arrêté les caractéristiques de ce que doit être un frein « efficace ». Diverses valeurs sont renseignées sur la capacité du frein, selon la pente d’inclinaison, le nombre de roues, le profil de l’engin ou son comportement lors du freinage.

Les freins doivent être accessibles sur le guidon, tout comme le klaxon… s’il y a un guidon. // Source : Léopold Maçon

Une infraction à cette disposition entraine également une amende forfaitaire de 11 euros (contravention de la première classe).

Quant aux dimensions maximales, la loi demande de ne pas excéder 90 centimètres de large et 1,35 mètre de long.

Ces règles visent essentiellement à graver dans le marbre des dispositions qui étaient déjà appliquées assez largement par le marché des trottinettes électriques, mais aussi par les mono-roues, les gyropodes et les hoverboards — les fabricants avaient en outre bénéficié d’un préavis de quelques mois, puisque ces articles sont entrés en vigueur en décalage par rapport au reste du décret.

Si la plupart de ces nouveaux engins respectent déjà globalement ces nouvelles consignes, celles-ci auront toutefois une vertu : ils inciteront leurs propriétaires à entretenir davantage leur véhicule, pour s’assurer de son bon fonctionnement et ainsi éviter une amende, certes minime, mais qui peut toujours se cumuler si plusieurs défauts sont constatés en cas de contrôle.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo