Tesla est dans l'obligation d'arrêter temporairement la déforestation du site qui accueillera son usine à Berlin. Des activistes ont déposé plainte.

Pour Tesla, construire Gigafactory 4 dans la région de Berlin ne sera pas une sinécure. Après les bombes de la Seconde Guerre mondiale, la multinationale doit se heurter aux activistes qui estiment que l’usine aura un impact négatif sur l’environnement. Selon les informations de Reuters publiées le 16 février, un tribunal allemand a demandé à Tesla d’arrêter temporairement la déforestation préalable à la construction du bâtiment dont l’inauguration est prévue pour 2021.

Tesla avait reçu l’autorisation d’enlever les arbres sur une surface de 92 hectares, alors qu’il n’a pas encore la permission de bâtir Gigafactory 4. Si on peut penser que la plainte déposée par l’association Gruene Liga Brandenburg permet juste de gagner du temps, elle pourrait en fait très bien aboutir. C’est ce que souligne le tribunal : « Il n’est pas impossible que l’action de Gruene Liga Brandenburg, qui demande une protection légale, puisse aboutir. » En attendant, la déforestation est mise en pause le temps que la justice tranche. Une décision est attendue cette semaine.

Tesla Gigafactory 3 // Source : Tesla

Tesla se heurte à des problématiques écologiques pour sa future usine

Les activistes estiment que l’usine représente une menace pour la faune locale (notamment les chauves-souris) et les réserves d’eau. Dans un tweet publié le 25 janvier, Elon Musk minimisait l’impact et rappelait : «  La Gigafactory de Berlin assemblera des véhicules propres en utilisant de l’énergie propre, l’impact net sur l’environnement sera donc extrêmement positif. » Il soulignait par ailleurs le fait que l’usine n’utilisera pas autant d’eau qu’on pourrait le croire et défendait la déforestation, « Ce ne sont pas des arbres naturels — ils ont été plantés pour fabriquer du carton et seulement une petite portion sera rasée pour GF4. » 

Craignent pour l’attractivité de l’Allemagne auprès des grandes entreprises susceptibles de s’y installer. Tesla compte par exemple employer 12 000 personnes pour travailler au sein de Gigafactory 4, où il prévoit de fabriquer 500 000 voitures à terme. Elles seront à destination du marché européen, qui s’en remet pour le moment à des modèles importés des États-Unis.

À l’arrivée, Tesla pourra difficilement être aussi rapide qu’avec Gigafactory 3, usine installée en Chine qui a mis moins d’un an à être opérationnelle.

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux