Un ponte de Nissan a sous-entendu que la recharge des voitures électriques était trop complexe, mais surtout pour les femmes.

Côté communication, Nissan démarre l’année en trombe. À l’occasion d’un entretien publié le 2 janvier dans les colonnes d’Automotive News, Ivan Espinosa, vice-président de la stratégie produit du groupe, s’est fendu d’une sortie sexiste, de celles qu’on espérait ne plus voir en 2020 — il n’aura fallu que 2 jours. Le dirigeant sous-entend en effet que la recharge des voitures électriques serait un vrai problème, surtout pour… les femmes.

Sur les leçons qu’a tirées Nissan du segment électrique, l’intéressé explique : « L’une d’elle concerne le problème de la recharge. Combien c’est simple ou compliqué a un gros impact sur l’expérience utilisateur. Ce n’est pas qu’une question de temps. Ce sont des choses simples comme la localisation de la borne ou encore le poids du câble. Nous avons beaucoup de conductrices de la Leaf et, dans certains cas, les technologies que nous utilisons ne sont pas très adaptées pour elles. »

La Nissan Leaf 2e+ // Source : David Nogueira pour Numerama

La recharge des voitures électriques trop compliquée pour les femmes ? !

Ivan Espinosa dit évidemment n’importe quoi. Pire, il prend un mauvais exemple pour pointer du doigt un vrai sujet : oui, la recharge des voitures électriques est un problème. Mais ce n’est pas à cause d’un câble trop lourd pour qui que ce soit (spoiler : les femmes savent porter des choses, comme tout le monde). La multiplication des standards, l’offre éclatée ou encore le manque d’infrastructures dans certaines zones constituent des freins bien plus importants à l’adoption massive. Sans oublier l’autonomie parfois dérisoire de certaines voitures commercialisées.

Pour lutter contre ces câbles de chargement trop lourds pour les femmes, Nissan propose une alternative hybride baptisée e-Power — soit un moteur électrique alimenté par une batterie rechargée grâce à de l’essence (principe du générateur). D’après les dires d’Ivan Espinosa, cette technologie permet « de bénéficier de l’expérience de conduite d’une électrique sans que ce soit une voiture électrique ».

Nissan veut la démocratiser à une échelle globale pour palier les problèmes du 100 % électrique (la recharge donc, mais aussi le manque de bornes). « Le comportement est proche d’un véhicule électrique », vante-t-il.Difficile d’y voir un progrès quand les hydrocarbures restent la source de l’énergie, mais peut-on s’attendre à autre chose d’une personne qui pense que la moitié de la population ne sait pas utiliser des bornes à cause de son genre ?

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo