Hyperloop One pourrait devenir la première entreprise à mettre en œuvre un train supersonique Hyperloop 100 % fonctionnel. Un état d'Inde vient d'en faire un projet officiel d'infrastructure publique.

Le train supersonique Hyperloop est un mode de transport encore théorique pour transporter des humains. Et pourtant l’État de Maharashtra, en Inde, l’a désigné ce mardi 30 juillet 2019 comme projet officiel d’infrastructure publique.

Les chances que la construction revienne à Virgin Hyperloop One sont quasi certaines. La société bénéficie d’un accord, depuis 2017, avec les gouvernements indiens de Maharashtra et de Karnataka. Le but de ce partenariat était de tester la faisabilité d’un train hyperloop dans la région. Pour le projet officialisé, le Maharashtra a désigné Hyperloop One comme « Original Project Proponent (OPP) », ce qui lui confère une priorité pour remporter l’appel d’offres.

L’intérieur d’un tube où circulent les pods d’hyperloop. // Source : Hyperloop One

Relier Pune et Mumbai en moins de 35 minutes

La vitesse de l’Hyperloop peut monter aujourd’hui jusqu’à 467 km/h et Elon Musk, l’initiateur de cette recherche industrielle, espère bien atteindre un jour plus de 1 000 km/h. Aucun test n’a encore été effectué avec des humains à bord (même si c’est prévu à Toulouse prochainement). Avant que l’Inde valide en dernier ressort une telle installation, Hyperloop One va encore devoir effectuer de nombreux tests pour s’assurer que ce mode de transport n’est pas dangereux pour les passagers — et est efficace.

Lorsque l’infrastructure s’avérera bel et bien opérationnelle (et si c’est le cas), le projet est de relier les villes de Mumbai et de Pune, un trajet de 117,5 kilomètres. Chaque jour, 75 millions de personnes font plusieurs heures de bus pour voyager entre ces deux villes. Ce nombre de passagers pourrait doubler dans les années à venir. «  [Notre système] peut répondre à cette demande grandissante, en permettant à 200 millions de passagers par an de relier Pune et Mumbai en moins de 35 minutes », revendique Hyperloop One dans son communiqué.

Des investissements en millions et en milliards

La mise en œuvre d’un mode de transport aussi futuriste et ambitieux est forcément très coûteuse. L’entreprise rassure : même si cela devient dorénavant un projet « officiel » d’un gouvernement, la construction n’impliquera pas l’argent des contribuables.

D’après le communiqué, la société indienne de transport DP World serait prête à investir 500 millions de dollars pour «  accomplir la Première Phase » du projet. En plus de ce partenariat entre Virgin Hyperloop One, DP World et le Maharashtra, « plusieurs investissements étrangers directs en milliards de dollars sont attendus ».

C’est donc possiblement en Inde que le projet de transport initié par Elon Musk en 2013 pourrait voir advenir son premier exemple entièrement fonctionnel. Pour autant, il convient de préciser que, si l’officialisation comme projet d’infrastructure publique est une étape conséquente, l’hyperloop est encore bien loin d’en arriver à une mise en œuvre opérationnelle.

Partager sur les réseaux sociaux