La startup Lightyear a levé le voile sur une voiture électrique équipée de panneaux solaires. L'autonomie fait rêver, mais est-ce bien grâce aux panneaux solaires ?

Startup qui se définit comme une entreprise de tech et non pas comme un constructeur automobile, Lightyear présente une voiture très intrigante depuis son site officiel. Baptisée Lightyear One et, bien évidemment, électrique, elle a la particularité d’être équipée de panneaux solaires. Le but recherché est de permettre au véhicule de se recharger lui-même quand il roule.

Les ingénieurs ont conçu la voiture de A à Z en utilisant les lois de la physique. En résultent un gros travail sur l’aérodynamique (le meilleur selon la startup) et un choix des matériaux pensés pour économiser un maximum d’énergie. Occupant une surface totale de 5 mètres carrés, les cellules du panneau solaire, indépendantes, produiraient 20 % d’énergie en plus que les autres. Elles permettent à la Lightyear One d’atteindre une autonomie de 725 kilomètres selon le cycle WLTP.

Lightyear One // Source : Lightyear

149 000 euros et une production limitée

Berline cinq places, la Lightyear One n’est pas très jolie. Mais ses caractéristiques laissent rêveur. Et comme elle ne se recharge pas uniquement à l’énergie solaire, il n’y a rien à craindre pendant l’hiver. Sur le site, Lightyear propose d’ailleurs un outil pour obtenir une estimation du nombre de kilomètres gagnés selon la saison et l’endroit où l’on vit. À Paris, les panneaux solaires permettraient de récupérer 8 kilomètres par jour, contre 36 en été. Ce qui n’est pas énorme, en réalité. Quand on se place par exemple à Casablanca au Maroc, plus ensoleillé, le calculateur annonce 60 km par jour récupéré au maximum.

Si la technologie imaginée par Lightyear veut éviter au maximum le passage par une borne classique, la voiture pourra obtenir 507 kilomètres en une heure via une charge rapide (et 350 kilomètres sur une prise classique pendant toute une nuit). 

Outil recharge solaire de Lightyear // Source : Lightyear

Lightyear ne dit rien sur la capacité exacte de la batterie, ni sur les quatre moteurs qui sont installés pour animer la voiture. Tout juste peut-on apprécier une accélération de 0 à 100 km/h en dix secondes. On est loin des bolides les plus véloces du segment. Autrement, la berline pourra recevoir des mises à jour à distance, sera compatible avec Apple CarPlay et Android Auto et se connectera à une application compagnon.

Le prix ? 149 000 euros, avec un acompte de 119 000 euros pour qui souhaiterait faire partie des propriétaires fondateurs. La production sera limitée et les premières livraisons sont espérées pour début 2021.

Partager sur les réseaux sociaux