Tesla a transformé l'essai : il a une nouvelle fois enregistré un profit.

Elon Musk avait dû réserver son champagne au frais. Tesla est rentable, financièrement parlant, pour la deuxième fois consécutive — une première — selon les chiffres du quatrième trimestre 2018 publiés le 30 janvier 2019. Le constructeur, qui a connu une année mouvementée, a donc transformé l’essai.

Mais il convient de mesurer cet enthousiasme. Avec un résultat net de 139 millions de dollars, Tesla fait moins bien que la période précédente — 311,5 millions de dollars — malgré un chiffre d’affaires en hausse (7,2 milliards contre 6,8 milliards de dollars). Mais il semblerait qu’il commence à entrevoir la lumière au bout du tunnel.

Vue du cockpit de la Tesla Model 3 // Source : Nicolas Valeano pour Numerama

Tesla n’a que la Model 3 à la bouche

« Avec environ 140 000 exemplaires vendus, la Model 3 a été la voiture premium la plus vendue aux États-Unis en 2018 (segment SUV inclus) », ne manque pas de préciser Tesla, qui ajoute qu’un constructeur américain n’avait pas sécurisé la première place de cette catégorie depuis des décennies. En 2019, les volumes de sa voiture la plus abordable devraient encore augmenter de manière significative en raison d’une hausse de la productivité dans l’usine de Fremont (7 000 unités par semaine). Pour Tesla, l’enjeu se situera davantage dans l’amélioration de la marge, estimée à 20 % aujourd’hui. Il vise les 25 % d’ici le mois de décembre. 

Si l’année 2018 est décrite comme historique, Tesla ne devrait pas être en reste en 2019. Entre le lancement de la Model 3 en Europe, la construction de Gigafactory 3 en Chine et les annonces de nouveaux produits (Model Y, pickup), la firme d’Elon Musk a plusieurs chantiers sur le feu. Elle espère livrer entre 360 000 et 400 000 voitures durant ces douze prochains mois (contre 245 240 en 2018), tout en observant un résultat net positif à chaque trimestre. Si elle y parvient, ce serait une autre année historique.

Partager sur les réseaux sociaux