Le nouveau ministre des Transports, Clément Beaune, veut réunir les sociétés autoroutières pour leur demander un geste sur les tarifs des péages en cette période estivale.

Entre grèves et inflation, Clément Beaune ne manque pas de sujets chauds à traiter pour ses premiers jours en tant que ministre délégué en charge des Transports. Dans une interview au Parisien, ce 10 juillet 2022, Clément Beaune a indiqué vouloir réunir les concessionnaires d’autoroutes pour obtenir un geste de leur part, afin de faire baisser le coût des péages pour les vacanciers.

Malgré la hausse des carburants, la voiture reste encore un moyen de transport privilégié par 73 % des vacanciers interrogés par une étude Ipsos. Une baisse des tarifs des péages serait probablement une bonne nouvelle. Mais finalement, l’autoroute est-elle la solution à privilégier pour faire des économies ?

Une bonne intention, mais trop tardive ?

Clément Beaune indiquait au Parisien : « Nous allons, avec Bercy, réunir tous les acteurs autour de la table, pour réfléchir à des actions. Il serait utile que les sociétés d’autoroute fassent un geste. Comme ont pu le faire Total Énergies et d’autres, dans les stations-service. »

En juin, Total Energies a annoncé qu’ils aillaient baisser de 12 centimes les tarifs sur les carburants dans leurs stations d’autoroute. Un coup de pouce aux automobilistes, et vacanciers, qui a été appliqué dès le 1er juillet, et s’étendra jusqu’au 31 août.

Le nouveau ministre aimerait obtenir le même type de geste de la part des différents concessionnaires des autoroutes françaises. Mais le temps de réunir tous les acteurs concernés à Bercy et d’arriver à un consensus, les grands départs du 14 juillet seront probablement loin derrière. Il serait alors surprenant que les concessionnaires appliquent une ristourne uniquement pour les aoutiens.

Des tarifs qui ont grimpé de 2 % en 2022

La dernière hausse annuelle, appliquée au 1er février 2022, a augmenté les tarifs des péages d’environ 2 % par rapport aux tarifs 2021. Cette augmentation représente par exemple 0,70 € sur un Paris/Nantes ou Paris/Lyon, 1 € pour un Paris/Bordeaux et 1,50 € pour un Paris/Nice.

maurepas2-select-photo
Autoroute SANEF // Source : Sanef

Les tarifs des autoroutes sont révisés chaque année selon des modalités fixées par les contrats de concession établis par l’état. Ces hausses répondent en partie à l’inflation constatée, mais aussi aux travaux et entretiens prévus par les sociétés d’autoroutes. Jusqu’en 2023, les automobilistes empruntant l’autoroute payent également, au travers de ces augmentations, le gel des tarifs imposé en 2015 par Ségolène Royal. Il serait peut-être intéressant d’éviter de reproduire les mêmes erreurs deux fois.

Entre l’inflation actuelle et les investissements réalisés par les concessionnaires des autoroutes françaises pour accueillir les véhicules électriques, il est fort à parier que baisser les tarifs des péages ne soit pas vraiment à l’ordre du jour. Encore moins pendant la période estivale, où les dépenses de personnels sont les plus fortes pour répondre au flux des vacanciers.

fastned_a5-2
Station Fastned sur autoroute // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Avec ou sans autoroute, comment faire des économies sur vos trajets ?

Comme il est peu probable que vous puissiez profiter d’une baisse des péages, il reste deux solutions :

  • Emprunter au maximum le réseau secondaire et prendre son temps,
  • Baisser sa vitesse sur autoroute pour économiser sur sa consommation de carburant (ou d’électricité).

Il devient difficile de complètement se passer des autoroutes, surtout que les nationales ne peuvent plus absorber tout le trafic routier. Il vaut alors mieux opter pour l’économie sur les consommations pour équilibrer son budget.

Quelques conseils à retenir avant de prendre la route :

  • On abaisse de 10 à 20 km/h sa vitesse sur autoroute. On peut réaliser de belles économies, que l’on roule en véhicule thermique ou en électrique
  • On vérifie son véhicule avant de prendre la route et notamment la pression des pneumatiques pour éviter toute surconsommation mécanique.
  • On garde des distances de sécurité et on roule sur les voies de droite pour éviter l’effet accordéon de la voie de gauche. En adoptant une conduite souple et anticipative, on va éviter les enchainements de freinages et relances qui font consommer plus.
  • On adapte sa vitesse au trafic. Le régulateur de vitesse (même adaptatif) est souvent un faux ami pour ce qui est de faire baisser sa consommation. Pour les véhicules électriques, et selon votre modèle, le mode « roue libre » peut être à privilégier sur autoroute face au freinage régénératif pour gagner quelques kilomètres d’autonomie supplémentaires.