La plateforme de streaming a publié les résultats de ses efforts pour faire de Twitch un endroit plus sûr pour ses utilisateurs et utilisatrices. Malgré des améliorations, il reste énormément de choses à faire.

« Ces 12 derniers mois, nous avons mis en place des outils extrêmement puissants pour nous permettre de faire de Twitch un endroit aussi sûr que possible, pour le plus de personnes possible ». Angela Hession, la vice-présidente de la plateforme de streaming chargée de la sécurité des utilisateurs, est revenue dans une lettre sur les évènements de l’année passée.

Twitch est une plateforme malheureusement connue pour être un endroit où les raids haineux et les vagues de cyberharcèlement sont monnaie courante, particulièrement envers les femmes, les personnes LGBT+, et globalement toutes les minorités. En résumant les progrès accomplis, et en soulignant que « la sécurité sur Twitch est en constante évolution », Angela Hession a largement insisté sur les succès rencontrés par le site de streaming. Mais la vice-présidente a également dévoilé quelques chiffres qui permettent de mieux se rendre compte de l’ampleur du problème du cyberharcèlement.

Plus de bots que de créateurs

L’un des problèmes les plus récurrents sur Twitch, en plus des vagues de cyberharcèlement, parfois déclenchées par d’autres streameurs, ce sont les bots.

Les plus connus de ces bots sont ceux qui s’infiltrent dans les chats des streameurs visées et y publient des messages d’insultes, ou les follow bots. Il s’agit d’un problème très répandu, auquel les streamers et leurs modérateurs ont souvent du mal à répondre : les bots attaquent en grand nombre, et arrivent à submerger entièrement des chats.

Twitch a supprimé plus de bots haineux qu’il n’y a de streameurs actifs
Les bots sur Twitch sont un problème d’une ampleur impressionnante // Source : Caspar Camille Rubin / Unsplash

« Les attaques de bot sont partout sur Internet », explique Angela Hession dans sa lettre, « et il n’y a pas de solution simple contre elles. Nous ne serons certainement jamais complètement capables d’en venir entièrement à bout ». Angela Hession indique cependant qu’en 2021, plus de 15 millions de bots ont été « bannis de manière proactive » par les équipes de Twitch. Ce chiffre est particulièrement impressionnant, surtout lorsqu’on le compare avec les 7 millions de créateurs qui font des lives chaque mois sur la plateforme.

La vice-présidente a également annoncé que Twitch allait mettre en place de nouveaux outils en 2022 — sans toutefois rentrer dans les détails. La plateforme a prévu de « dissuader les comportements dangereux, donner plus d’outils aux communautés, améliorer l’éducation à la sécurité, et trouver de nouvelles façons d’équilibrer les contenus qui pourraient ne pas plaire à toutes les audiences » (oui c’est assez vague).

Lutter contre le harcèlement sur Twitch

« Ce genre de comportement n’a pas sa place sur Twitch, et nous savons qu’il y a encore plus de choses à mettre en place pour protéger notre communauté », a conclu Angela Hession. Cela fait très longtemps que la communauté de streameurs de Twitch attend de nouveaux outils pour se protéger.

L’année dernière, Twitch s’était enfin saisi du problème, en mettant à disposition des utilisateurs et utilisatrices des outils plus performants. Après avoir mis à jour ses conditions d’utilisation afin de mieux lutter contre le harcèlement sexuel, la plateforme a également permis aux modérateurs de restreindre l’accès aux chats, et a même lancé une IA pour repérer les comptes qui essayent d’échapper à un ban. Mais malgré tout cela, les streameuses, particulièrement visées par les attaques de cyberharcèlement, estiment toujours que Twitch ne fait pas assez de choses pour les protéger, comme certaines l’ont expliqué à Numerama.