Il existe tout un vocabulaire spécifique sur Twitch, mais aussi des termes issus de l’univers du jeu vidéo. Ce guide a vocation à aider les néophytes à décrypter les usages qui ont cours sur la plateforme, mais aussi le dialecte qui y est employé.

C’est une plateforme très populaire, mais sur laquelle vous n’avez peut-être jamais mis les pieds. Twitch est une filiale d’Amazon, dont la spécialité première est de permettre à des internautes de regarder des personnes jouer en direct à des jeux vidéo. Et depuis 2011, tout un vocabulaire s’est développé, ainsi que certains usages très particuliers.

Pour qui connaît déjà la plateforme, toutes les notions décrites ci-dessous n’auront aucun secret. Mais ce n’est pas tout à fait à ces individus que ce guide s’adresse. Il a plutôt pour objectif de permettre à celles et ceux qui ne connaissent que de nom le service à décrypter les us et coutumes qui y ont cours, mais aussi à comprendre tout le dialecte qui y est employé.

Source : Nino Barbey pour Numerama
Source : Nino Barbey pour Numerama
  • #ad

Dans l’intitulé de certaines diffusions, vous voyez parfois des mentions comme #ad ou #sponso — parfois, sans les croisillons (ou mots-dièses, selon la manière de les appeler). Cela veut simplement dire que la personne qui diffuse sa partie de jeu vidéo est en opération commerciale : elle a été rémunérée pour jouer un certain temps à un jeu vidéo.

« Ad » signifie « publicité » en anglais, tandis que « sponso » est le diminutif de « sponsorisé ». Ces indications sont importantes pour le public afin de savoir si ce que raconte la personne s’inscrit dans un discours libre ou bien est lié à un partenariat économique. Ces mentions sont obligatoires : ne pas les mettre alors qu’il y a un deal en cours peut donner lieu à des sanctions.

  • Backseat

Votre vidéaste fétiche vient d’indiquer à l’oral qu’il ne souhaitait pas de « backseat » dans le tchat ? Il a même écrit dans la description de sa vidéo « Pas de backseat s’il vous plaît » ? Cela signifie qu’il ne tient pas à avoir de conseil ou de critiques sur sa manière de jouer, d’affronter un boss, de résoudre une énigme ou d’effectuer telle ou telle action.

Le backseat désigne en somme le fait de commenter les faits et gestes de quelqu’un en train de jouer, sans être soi-même en train de jouer. En principe, le backseat ne doit survenir que si on en fait la demande, pour toute la partie ou pour un passage précis. En effet, le backseat ruine l’expérience de jeu, avec un tchat qui spoile tout ou court-circuite le plaisir de réussir soi-même quelque chose.

Mème
ET POURQUOI TU AS PAS PRIS CE BONUS EN JEU ? MOI, JE SERAIS ALLÉ À DROITE ! SI TU MONTES LÀ, TU ACCÈDES À UN NIVEAU SECRET. Le backseat, allégorie. Source : Milk Edinburgh

C’est un comportement quelque peu exaspérant. Il faut le voir un peu comme cette personne qui est assise à côté de l’automobiliste et qui prend la parole pour donner son point de vue sur la conduite. « Pourquoi tu passes pas la 3e ? » ; « Oh tu aurais pu passer, là » ; « C’est quand tu veux pour t’engager sur le rond point » ; « J’aurais plutôt tourné à celle d’avant », etc. Horripilant.

  • Ban

Le ban est un terme raccourci pour bannissement. C’est une sanction qui est décidée par le ou la propriétaire de la chaîne Twitch ou par son équipe de modération contre un internaute. Le ban peut être temporaire ou définitif, avec différentes durées de sanction dans le premier cas.

Les raisons pour bannir quelqu’un sont variées : cela peut être à cause d’un spam sur le tchat, d’une insulte, d’une succession de messages identiques, d’un backseat non sollicité ou d’une infraction à l’une des règles en vigueur sur la chaîne. Il existe un autre type de bannissement, plus sévère : celui de Twitch, en cas d’infraction aux conditions d’utilisation.

  • Bits

En informatique, un « bit » est la plus petite unité de mesure. Elle ne peut prendre que deux valeurs : zéro ou un. Mais sur Twitch, les « bits » désignent une monnaie virtuelle que l’on peut acquérir en dépensant de l’argent réel. Les montants varient, mais en décembre 2021, 100 bits coûtent 1,52 euro. On peut aussi en acheter par paquet de 300, 500, 1 500, 5 000, 10 000 et même 25 000.

La fonctionnalité est apparue en 2016 sur Twitch et constitue une autre manière de soutenir les vidéastes sur la plateforme, en plus de l’abonnement. Cette monnaie virtuelle peut être dépensée dans le tchat, ponctuellement, pour manifester votre satisfaction. Avec ces bits, vous pouvez acheter des « cheers », qui sont des sortes d’encouragements virtuels (voir plus bas).

Bien sûr, l’achat de bits a été rendu aussi facile que possible — c’est presque aussi simple que d’envoyer un emoji. En quelques clics dans le tchat, c’est fait. Une fois que vous avez vos bits, vous pouvez ensuite envoyer vos encouragements. Bien sûr, en fonction des montants engagés et dépensés, les internautes débloquent des paliers plus ou moins gratifiants.

  • Cheers

À quoi servent les « bits » ? À acquérir des « cheers ». En clair, vous dépensez de la monnaie virtuelle, achetée avec de l’argent réel, pour afficher votre soutien ponctuel à une chaîne. Il faut voir ça comme des encouragements sur le moment. Selon le niveau de la dépense dans le cheer, l’icône animée qui apparaîtra à l’écran chez tout le monde sera plus ou moins impressionnante.

cheers
Les animations de base pour les cheers, en fonction du nombre de bits dépensés. // Source : Twitch

Par défaut, Twitch propose des formes géométriques plus ou moins complexes et colorées pour représenter les cheers, selon le nombre de bits dépensés. Mais bien sûr, il existe aussi des émoticônes personnalisées chez certaines chaînes qui sont partenaires. Les internautes n’ont plus qu’à choisir ce qui semble le mieux correspondre à l’instant présent.

  • Choke

Ce terme anglais n’est pas propre à Twitch, car il provient plutôt du domaine de l’esport.

Cependant, comme la plateforme accueille aussi du jeu vidéo compétitif, on peut entendre parfois des streameurs et des streameuses prononcer le mot « choke ». On s’en sert pour parler d’un joueur ou d’une joueuse qui s’est particulièrement raté sur une action ou dans la partie. Normalement, si vous suivez ce qui se passe à l’écran, vous avez dû voir que ça a raté quelque part.

On dit d’un joueur qu’il chocke lorsqu’il loupe quelque chose qu’il était censé réussir parce que c’était à sa portée. Comme le terme vient de l’esport, on associe ce loupé à une pression un peu trop forte sur les épaules d’un compétiteur ou d’une compétitrice. Face au stress, la personne sous-performe, fait ses actions moins rapidement, elle est moins précise. Bref, elle se prend les pieds dans le tapis.

  • Clip

Les clips sont des moments que capturent généralement les spectateurs d’une chaîne Twitch pour mémoriser un moment particulier d’un stream : une bonne blague, un moment fort, une révélation. Bref, tout ce qui peut inciter à revoir la séquence quelque temps plus tard. Les clips sont courts : ils ne dépassent jamais la minute.

Twitch fournit un outil de capture directement à côté de chaque diffusion en direct, ce qui fait que n’importe qui avec un compte peut clipper n’importe quel moment du stream — il faut juste un compte sur la plateforme. Bien entendu, le streameur ou la streameuse garde la maîtrise de ce qui est « clippé ». Si quelque chose ne leur plait pas, ça partira à la poubelle.

Clips Twitch Madmoizelle
La page Twitch de Madmoizelle accueille de nombreux clips courts qui mettent en avant un temps fort d’une diffusion. // Source : Capture d’écran
  • Clutch

Le « clutch » est un peu l’anti-choke. Quand quelqu’un clutch dans un jeu vidéo, ça signifie qu’il est en train d’être décisif. La personne est restée lucide face à l’adversité, alors que tout semblait jouer contre elle. En gros, un joueur ou une joueuse qui clutch est en train de renverser la situation qui paraissait désespérée. Bref, il est en train de sortir le grand jeu et de décimer l’adversaire.

Un exemple ? Imaginez dans Overwatch qu’il ne reste que quelques secondes pour contrer l’équipe adverse. Un joueur qui clutch serait la personne qui arrive au dernier moment, lance son attaque ultime, tue tout le monde, en étant seul. Autre exemple : à FIFA, votre équipe est menée 3-0 et il reste 5 minutes de temps de jeu. Quand soudain, vous plantez 4 buts avant le coup de sifflet final.

  • Follow

Sur Twitch, il existe trois niveaux d’intérêt qu’un internaute peut avoir pour une chaîne : le premier est le plus basique. C’est l’internaute qui tombe sur une chaîne et la regarde, sans rien faire de particulier. Le deuxième consiste à suivre la chaîne. C’est ce qu’on appelle le « Follow ». Quant au troisième, c’est l’abonnement (« Sub »). On en parle plus bas.

N’importe qui peut suivre n’importe quelle chaîne. Cela ne coûte rien à l’internaute, mais ça témoigne déjà d’un certain intérêt de sa part pour une chaîne. Cela permet en quelque sorte d’avoir une liste de chaînes en favori sur le site web, que l’on peut retrouver ensuite dans le menu latéral à gauche du site — mais aussi dans une zone dédiée dans l’application mobile.

Le fait de suivre une chaîne fait de vous un « follower » (ou « followeuse ») — cela nécessite bien entendu d’avoir un compte sur le service –. On parle aussi de « viewer » ou de « vieweuse ». Suivre une chaîne peut parfois être nécessaire pour accéder à certaines fonctionnalités de la chaîne. Des vidéastes peuvent décider de réserver le tchat à leurs followers.

  • Host

Les vidéastes qui sont Twitch font parfois de très longues sessions pouvant durer des heures et des heures. Mais il arrive un moment où il faut bien déconnecter et aller se reposer un peu. C’est là qu’entre en jeu le concept de « Host ». L’idée est de pouvoir proposer quand même un flux vidéo sur une chaîne, même si le streameur est hors ligne.

Host en anglais signifie héberger. En clair, quand un streameur termine son direct, sa chaîne peut se mettre à héberger automatiquement un autre streameur qu’il apprécie — à supposer qu’il soit en train de jouer. C’est un bon moyen de mettre en avant une personne que l’on apprécie, mais aussi une façon astucieuse de pouvoir découvrir des contenus proposés par d’autres internautes.

  • Points de chaîne

Les points de chaîne sont une autre petite monnaie utilisable dans Twitch, mais uniquement sur la chaîne où ils ont été collectés. Ces points de chaîne s’accumulent au fur et à mesure que vous regardez les vidéos d’une chaîne (en direct ou bien en rediffusion) et peuvent ensuite être dépensés dans des émojis plus ou moins rares ou lors d’occasions particulières.

Les points de chaîne peuvent aussi inciter à déclencher des actions précises chez le streameur ou la streameuse, si des petits défis sont prévus. Ils peuvent aussi être misés lors de petits jeux, par exemple une prédiction sur le succès ou l’échec face à un boss. Si vous avez vu juste, vous récupérez votre mise et gagnez dans le même temps un bonus de points de chaîne.

Les points de chaîne sont à récupérer en cliquant sur des petits cadeaux animés à côté de la zone du tchat. Ils peuvent avoir des noms différents d’une chaîne à l’autre et sont là pour accentuer l’interaction entre le public et le ou la propriétaire de la chaîne. Il s’agit d’une façon de fidéliser les internautes : plus on reste, plus on récolte des points, et plus on accède à des interactions plaisantes.

Les nouveaux émoticones disponibles sur Twitch // Source : Twitch
Un aperçu des émoticônes sur Twitch. Certains sont disponibles pour tout le monde. D’autres sont exclusifs à une chaîne. Ils peuvent parfois nécessiter des points de chaîne ou un abonnement. // Source : Twitch
  • Raid

Le « raid » est une fonctionnalité communautaire qui consiste à envoyer toute sa communauté — c’est-à-dire les personnes qui sont en train de suivre votre chaîne — sur la chaîne d’une autre personne, en général quelqu’un que vous appréciez. Celui ou celle qui lance le raid le fait au moment où sa session de jeu vidéo se termine. C’est une façon d’éviter que sa communauté ne se disperse.

Le raid peut être l’occasion de donner un coup de pouce à une petite chaîne sur Twitch — par exemple, une star de la plateforme qui envoie son public sur une autre chaîne qui n’a quasiment pas d’audience, pour lui donner une chance de percer. Ce peut-être aussi tout simplement une simple bonne pratique entre vidéastes : tu m’envoies ta communauté, je t’envoie la mienne.

Les raids ne sont pas une obligation, mais comprendre leur mécanisme permet de savoir pourquoi on se retrouve parfois sur une autre chaîne ou pourquoi, en étant soi-même en train de suivre une petite chaîne, vous voyez un bond dans le nombre de téléspectateurs — si vous prêtez attention à ce qui est dit à haute voix par votre vidéaste fétiche, vous devriez saisir ce qui se passe. A noter que la fonctionnalité raid de Twitch est hélas parfois aussi utilisée à mauvais escient, dans un but hostile.

  • Rediffusion

Les streameurs et les streameuses ne sont pas toujours en direct. Cela ne veut pas dire néanmoins qu’il n’y a rien à regarder : sur certaines chaînes, des rediffusions sont proposées pour revoir des parties, des émissions ou des évènements, selon ce qui est proposé. L’accès aux rediffusions peut toutefois être conditionné au fait de suivre (« follow ») la chaîne ou de s’y abonner (« sub »).

  • Speedrun

Il ne s’agit pas d’un terme spécifique à Twitch, mais on le retrouve souvent sur la plateforme. Il désigne une manière de jouer aux jeux vidéo qui consiste à les finir le plus vite possible, parfois en quelques minutes à peine ! C’est très exigeant, car cela demande une très haute maîtrise du jeu, mais aussi une connaissance de certaines astuces… et l’exploitation de quelques bugs — les « glitchs ».

  • Streameur et streameuse

Le streameur est la personne qui stream. C’est une streameuse au féminin. On les appelle aussi vidéastes parfois. Mais c’est quoi un stream ? Le streaming est un terme anglais qui signifie « flux ». C’est une façon de diffuser par Internet des contenus audio et vidéo, en continu, sans télécharger durablement quoi que ce soit sur son ordinateur ou son smartphone.

Sur Twitch, le streameur est essentiellement un joueur ou une joueuse de jeu vidéo, même si on voit de plus en plus apparaître d’autres catégories : ce peut-être des internautes animant des émissions au caractère plus ou moins professionnel, des athlètes se filmant en direct, des artistes diffusant de la musique ou des gens qui font une revue de presse. Il y a un peu de tout.

Être streameur est une activité populaire, mais qui requiert un investissement certain : il faut avoir une bonne connexion pour diffuser dans de bonnes conditions. Il faut une webcam de qualité, mais aussi un micro/casque (ou un micro dédié), un PC solide (si on prétend faire du jeu vidéo). Il faut aussi penser à l’éclairage, le décor, un fond vert et à d’autres équipements pour passer pro.

Dans le domaine, il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.

Samuel Etienne sur Twitch
Sur Twitch, on trouve des joueurs et des joueuses, mais pas que, à l’image du journaliste et présentateur Samuel Étienne qui rencontre un vif succès sur la plateforme.
  • Streamhack

Le « streamhack », ou « streamhacking », désigne un comportement visant à nuire à la personne en train de diffuser sa partie de jeu vidéo en direct. Ce phénomène vise surtout à embêter les joueurs et les joueuses qui ont déjà une certaine notoriété sur Twitch pour les mettre en difficulté devant leur communauté, en les attaquant lors d’une partie.

Imaginez par exemple : vous streamez une session de World of Warcraft, avec le mode PVP activé, quand soudain quelqu’un vous tombe dessus et vous dérouille sans que vous ne puissiez rien faire. Ou bien un adversaire semble toujours savoir où vous êtes sur Battlefield ou Call of Duty. Peut-être est-ce parce qu’il regarde votre stream en même temps pour déterminer ce que vous faites.

C’est ça le streamhack : quelqu’un qui regarde la diffusion d’un joueur pour tirer des informations (ses déplacements, ses armes, ses tactiques, ses intentions, surtout qu’il peut les exprimer à voix haute, puisqu’il streame) avant de l’attaquer. Ce problème — pénible quand on en est victime — survient sur des parties qui ont lieu sur des serveurs publics.

Pour remédier à ça, on peut instaurer un décalage dans le direct. Ou alors opter pour un jeu en solo pour avoir la paix.

  • Sub

« Sub » est le diminutif de « subscription » : abonnement, en anglais. Il permet de s’abonner à une chaîne, en lui versant une certaine somme d’argent chaque mois. L’objectif ici est de proposer une petite rémunération à la personne qui diffuse du contenu, dans le cas où les internautes souhaiteraient soutenir ce qu’elle fait pour manifester leur appréciation de façon concrète.

Sur certaines chaînes, le « sub » permet d’accéder à des avantages exclusifs (par exemple, voir des vidéos en rediffusion, ou bien avoir un accès privilégié à telle ou telle activité avec le streameur ou la streameuse), mais ce n’est pas toujours le cas : chaque chaîne agit comme elle l’entend. Mais en général, on peut avoir droit à des smileys ou des badges particuliers, liés au statut d’abonné.

Il est à noter que les personnes qui ont un abonnement à Amazon Prime peuvent obtenir un « abonnement gratuit » en liant leur compte à Twitch, qui appartient aussi à Amazon. Ainsi, les internautes peuvent flécher une partie de l’abonnement qu’ils paient déjà à Amazon Prime vers quelqu’un dont ils apprécient le travail. Cela ne leur coûtera rien de plus.

Twitch tableau de bord des créateurs
Le système d’abonnement n’est disponible qu’à partir d’un certain niveau de visibilité sur Twitch. De ce fait, les nouveaux arrivants sont incités à diffuser régulièrement pour débloquer toutes les fonctionnalités de la plateforme.
  • Tier 1, 2 et 3

Il s’agit d’un concept intimement lié à l’abonnement. Au-delà de l’« abonnement gratuit » que l’on peut utiliser dans le cadre d’Amazon Prime, Twitch prévoit aussi des niveaux d’abonnement pouvant coûter 4,99 euros par mois (tier 1), 9,99 euros par mois (tier 2) et 24,99 euros par mois (tier 3). Ces différents niveaux de « sub » donnent des avantages plus ou moins forts.

S’inscrire au tier 2 donne automatiquement accès aux bonus prévus dans le tier 1, et ainsi de suite. L’internaute qui opte passe par ce canal peut donc avoir accès à des émotes et des badges sinon inaccessibles qui lui permettent de briller davantage dans le tchat. Plus on s’abonne longtemps, plus les badges deviennent esthétiquement soignés, afin de se démarquer.

Les désabonnements font perdre l’accès à toutes ces exclusivités, ce qui doit inciter à ne pas cliquer si aisément sur le bouton de résiliation. Les paliers les plus élevés sont économiquement plus intéressants pour les streameurs et les streameuses, à la fois pour les montants en jeu et pour la répartition des gains entre Twitch et les vidéastes.

  • Tilt

C’est aussi un terme qui provient du monde du sport électronique (esport), mais que l’on retrouve parfois sur Twitch. Cela désigne le moment où le joueur ou la joueuse bascule à cause de la pression (on peut d’ailleurs traduire « tilt » par « bascule ») et se met à moins bien jouer, à s’énerver et à jouer d’ailleurs de moins en moins bien à mesure que la rage coule dans les veines.

Le tilt se voit normalement directement à l’écran, parce que la personne s’emporte à haute voix, jette son clavier à travers la pièce, envoie tout valser, se déconnecte de rage ou commence à lancer des vulgarités oralement ou par écrit alors qu’il est en train de jouer — parfois, c’est l’équipe adverse qui en prend pour son grade, parfois ce sont les coéquipiers.

  • VIP

Comme son nom l’indique, être VIP sur une chaîne signifie que vous êtes un individu tout à fait important. En théorie, tout le monde peut devenir VIP sur une chaîne, mais cela demande de la patience : en général, cette distinction est attribuée à celles et ceux qui viennent le plus souvent souvent, et depuis longtemps, sur une chaîne, et qui se montrent disponibles et dynamiques sur le tchat.

Les VIP peuvent aussi être des proches du joueur ou de la joueuse, ou bien d’autres streameurs et streameuses, afin de pouvoir les repérer facilement dans le tchat. En effet, les internautes recevant ce titre présentent à côté de leur pseudonyme un petit pictogramme en forme de diamant. Le titre n’est pas acquis ad vitam æternam. C’est au bon vouloir du streameur.