Le Kosovo n’autorise plus le minage de crypto-monnaies, très gourmand en d’électricité. La région subit des coupures d’électricité depuis plusieurs semaines à cause d’une accumulation de différents problèmes.

Il est désormais interdit de s’adonner à du minage de crypto-monnaies au Kosovo, selon un communiqué officiel du gouvernement, repris par la BBC le 5 janvier 2022. En cause : une grave pénurie d’électricité sur tout le territoire, aggravée par ces pratiques si gourmandes en énergie que les coupures de courant se multiplient.

Le minage de crypto-monnaie est une activité cruciale dans la création de ces actifs virtuels. Il ne s’agit pas ici de creuser avec pelle et pioche : c’est une métaphore qui définit globalement l’acte de vérifier, par des calculs très complexes, que des transactions virtuelles effectuées sont bien correctes.

Dans le monde des crypto, on parle obligatoirement de la blockchain : une sorte de registre virtuel partagé où tous les échanges sont inscrits publiquement et sont « vérifiés » horizontalement par de nombreux ordinateurs. Mais cette étape demande beaucoup de puissance de calcul, qui fait chauffer les serveurs gourmands en électricité. Celle-ci est le plus souvent produite grâce à l’exploitation de mines de charbon, un processus polluant.

Hormis ces enjeux écologiques, le Kosovo a un problème encore plus concret : sa mine de charbon la plus importante a dû fermer le mois dernier à cause d’un souci technique de fuite de chaudière, rapportait à l’époque Reuters. Conséquence : le chauffage central coupé dans toute la capitale de Pristina et l’obligation d’importer l’électricité à prix d’or.

Un état d’urgence de 60 jours a été déclaré dans la région. Les coupures d’électricité à répétition ont poussé les habitants à manifester dans la rue.

Source : Nino Barbey pour Numerama
Du CO2 (représentation non à l’échelle) dans l’atmostphère. Source : Nino Barbey pour Numerama

Les mineurs vont là où l’électricité est la moins chère

La ferme interdiction de miner des cryptos est censée permettre de ne pas mettre plus de pression sur un système déjà très tendu. Cela pourrait paraître une goutte d’eau dans un océan plus vaste de problèmes, mais le Kosovo a accueilli de nombreux mineurs ces dernières années, car il affichait jusqu’à peu un coût de l’électricité très bas par rapport à ses voisins.

Il n’est pas seul dans ce combat : depuis novembre 2021, la Chine a interdit le minage de crypto-monnaies sur son territoire, poussant les acteurs à se réfugier au Kazakhstan. Résultat, la consommation d’électricité y a augmenté de 8 % et commencé à provoquer… des coupures de courant (en plus de beaucoup de gaz à effet de serre).

Le prix de l’électricité et du gaz en Europe a grimpé en flèche depuis l’automne 2021, notamment à cause d’un problème au niveau des centrales à gaz, qui prennent du temps à être remises en marche pour faire fasse à une demande en hausse après deux ans de pandémie de coronavirus.

Il y a un an, trois projets de construction de centrales électriques au Kosovo ont été annulés, notamment car ils seraient désormais plus coûteux à mener que de développer des fermes de panneaux solaires ou d’éoliennes.