Twitter explore une option qui permettrait de voter contre des réponses à des tweets, de manière à faire en sorte que seules les réactions les plus intéressantes apparaissent en haut. Mais l'outil, intéressant sur le papier, pourrait donner lieu à des pratiques inadéquates.

Dans un avenir proche, Twitter permettra peut-être de classer les réponses sous un message autrement que par leur ordre chronologique. L’entreprise américaine procède en effet à un test qui organise les réponses sur la base de leur succès. Cette popularité serait alors définie selon le nombre de votes défavorables reçus ou non. Moins on en a, plus on apparaît haut dans la liste des réponses.

L’existence de l’expérimentation a notamment été repérée le 12 octobre sur Twitter par Michael Donohoe, qui a partagé une capture d’écran dans la foulée. On y voir une nouvelle petite icône avec une flèche pointant vers le bas, dans un cercle, ainsi qu’une fenêtre qui explique la démarche du réseau social. Il est précisé que le test n’est ici ni visible par le compte qui va recevoir le vote défavorable, ni rendu public par ailleurs.

Actuellement, l’ordre chronologique des réponses à un tweet peut être un peu changé si la personne qui a écrit le tout premier message suscitant des réactions réagit à son tour avec une réponse. Si nous écrivons par exemple un message avec le compte de Numerama, les tweets que nous adresserons aux personnes y répondant auront pour effet de les remonter tout en haut de la liste.

L’ampleur de l’expérimentation conduite par Twitter est inconnue. On ne sait pas non plus si cette fonctionnalité sortira bien un jour et sous cette forme — on peut imaginer que des modifications seront actées selon les retours obtenus à travers ce test. L’un des enjeux est de déterminer s’il peut être une bonne idée d’afficher le nombre de votes négatifs qu’a reçu une réponse, ce qui peut s’avérer désobligeant.

Digg et Reddit, précurseurs du « downvote »

La mécanique qu’explore Twitter rappelle ce que proposait en son temps Digg, un site de recommandation. Les internautes partageaient toutes sortes de liens et pouvaient voter en faveur de ceux qui leur plaisaient le plus. Ainsi, une hiérarchisation des contenus finissait par avoir lieu. Sur le papier, cette « intelligence collective » permettait, par consensus de mettre en avant ce qui semblait le plus important.

On retrouve cette même approche sur Reddit, via les sous-forums spécialisés (le site est composé d’une myriade de sous-sections thématiques, par exemple sur la France, les chats ou le Bitcoin). Les internautes peuvent voter pour ou contre les liens que d’autres partagent et on peut ainsi connaître les tendances du sous-forum sur une période donnée — les dernières 24 heures, une semaine, un mois, etc.

Sur Reddit, on peut voter pour ou contre des sujets. // Source : Flickr

Sur Digg et Reddit, ce système permet en principe d’écarter tout ce qui n’est pas jugé digne d’intérêt, en faisant pari de la coopération vertueuse entre internautes. Sur un réseau social comme Twitter, est-ce que cela pourrait marcher ? La question se pose. Si avec Reddit, on peut supposer que toutes les personnes d’un même sous-forum partagent un intérêt commun, Twitter apparaît beaucoup plus ouvert.

Pour le dire autrement, des gens aux points de vue très différents sont susceptibles de se croiser et, au lieu de favoriser des réponses qui ont intérêt, pourraient avoir envie de juste descendre les avis qui ne correspondent pas à leur point de vue. En tirant sur la corde, on pourrait même imaginer des raids contre certaines opinions émises pour les enterrer aussi loin que possible dans un fil de réponses.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo