Après une phase de prototypage et d'essai, Microsoft avance sur son projet de fournir à l'armée américaine des lunettes de réalité mixte HoloLens adaptées à la guerre.

Le soldat du futur sera équipé de lunettes à réalité mixte. En tout cas, aux États-Unis, et pour certaines unités. Dans un communiqué paru le 31 mars, Microsoft annonce qu’il a conclu un accord avec l’armée de terre pour la production de casques IVAS (Integrated Visual Augmentation System, ou système intégré d’augmentation visuelle), qui reposent sur l’HoloLens.

Ce programme « offre une meilleure connaissance de la situation, permettant le partage d’informations et la prise de décision dans une variété de scénarios », commente la firme de Redmond. Il doit rendre le fantassin plus efficace, en lui fournissant des données sur la zone, qui s’affichent en superposition sur le verre des lunettes. Il inclut aussi un mode de vision nocturne et un mode de vision thermique.

Un projet engagé depuis des années

En fait, cela fait des années que l’armée américaine travaille aux côtés de Microsoft sur ce projet. En 2018, il était rapporté le succès de l’entreprise dans un appel d’offres pour concevoir un casque de réalité augmentée, adapté aux situations de combat. À l’époque, il était question de produire 100 000 unités de cet appareil. Mais dans un premier temps, il a surtout été question d’en fournir quelques milliers pour le tester.

Le rapprochement entre Microsoft et l’armée américaine avait toutefois suscité un certain malaise chez certains salariés de la multinationale. Une lettre ouverte signée par quelques dizaines de salariés dénonçait l’implication de leur employeur dans le monde de la défense. « L’utilisation du HoloLens dans le système IVAS permet d’aider à tuer des gens », avaient-ils argué. Mais le deal était allé de l’avant.

L’armée américaine a depuis donné de temps à autre des nouvelles des lunettes IVAS, et tout récemment encore : le 29 mars, elle mettait en avant les essais du dispositif dans des conditions climatiques très rudes, en Alaska, pour évaluer ses performances par grand froid. De fait, l’appareil doit pouvoir fonctionner convenablement dans tous les milieux où les forces qui s’en serviront seront déployées.

HoloLens IVAS armée
Comme les pilotes de chasse, les troupes au sol commencent à avoir droit à des casques très sophistiqués. // Source : US Army

Outre les visions nocturne et thermique, accessibles par un bouton dédié, les lunettes IVAS peuvent afficher à la demande des images topographiques et des cartes 3D d’un objectif. Il est aussi possible de coupler l’appareil avec une arme, de façon à ce que le réticule de visée apparaisse sur le verre : de cette façon, un soldat peut viser et tirer en s’abritant, sans avoir besoin d’avoir l’arme à l’épaule pour aligner son œil à la lunette.

Les lunettes sont également connectées, de sorte qu’il est possible de savoir où sont les autres membres du peloton, même en pleine nuit, si les conditions météorologiques sont catastrophiques ou s’ils ne sont pas directement visibles. Prévu pour le combat rapproché, l’appareil inclut probablement un système pour désigner la position des forces ennemies, afin de pouvoir les surprendre en les prenant à revers.

Le caractère connecté des lunettes est possible grâce à une liaison satellite. Le dispositif s’appuie aussi sur le cloud computing, ou l’informatique en nuage, pour solliciter de la puissance de calcul ou aller chercher de l’information. Il s’avère que Microsoft est aussi très engagé sur ce terrain, puisque le groupe a remporté un contrat majeur de 10 milliards de dollars pour s’occuper du cloud de l’armée.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo