Microsoft a gagné un appel d'offres de l'armée américaine et touchera 480 millions de dollars. Le contrat porte sur le développement d'un casque de réalité augmentée amélioré, que les soldats pourraient utiliser au combat.

Si le marché grand public des casques de réalité augmentée et virtuelle peine à décoller auprès des particuliers, la technologie intéresse beaucoup la Défense. Microsoft a remporté un contrat de 480 millions de dollars de la part de l’armée américaine, a rapporté Bloomberg, ce 28 novembre. À terme, l’accord porte sur plus 100 000 casques de réalité augmentée HoloLens et vise développer une version du produit utilisable au combat.

Le Pentagone veut que ses soldats soit équipés d’HoloLens quand ils engagent le combat. Pour cela, l’appel d’offres de l’armée US, examiné par Bloomberg, précise leur volonté d’améliorer les technologies existantes. Déjà, les militaires veulent installer des modules de vision nocturne, de vision thermique, et de mesure des signes vitaux comme la respiration, ou la tension des muscles. Mais en plus, ils souhaitent que le casque devienne un outil de contrôle pour prévenir les commotions cérébrales, en plus d’offrir une excellente protection auditive.

En bref, ils veulent transformer le HoloLens en un casque de combattant en réalité augmentée digne des meilleures séries de science-fiction.

War Machine a accès à toutes sortes de données grâce au casque de son armure de combat. // Source : Iron Man 3

100 000 casques destinés à l’armée

Ce casque du futur est encore loin, vu l’état actuel du produit, sorti en 2015. Un nouveau modèle de HoloLens, plus léger, devrait être mis sur le marché en 2019 mais Microsoft ne s’est pas mouillé quant à ses caractéristiques ou à sa date de sortie.

L’entreprise américaine va devoir fournir 2 500 casques aux militaires dans les deux ans à venir, et a dû prouver qu’elle pouvait augmenter sa capacité de production. Il faut dire que le contrat porte, à terme, sur plus de 100 000 exemplaires, alors même que Microsoft n’en a vendus qu’à peine plus de 50 000 jusqu’ici.

Les avancées technologiques permises par ce contrat devraient se répercuter dans la version grand public du produit. C’est donc un coup dur pour les concurrents de Microsoft, notamment Magic Leap et Oculus, déjà en retrait, qui passent à côté d’une grande enveloppe d’argent pour développer leur produit.

Partager sur les réseaux sociaux