Une app peut avoir besoin de vous géolocaliser pour proposer un service de proximité. Mais elle a-t-elle besoin de savoir précisément où vous êtes ? Pas toujours.

Depuis plusieurs générations d’iOS, Apple s’attache à donner le choix aux utilisateurs sur ce qu’ils souhaitent communiquer aux applications. Jusqu’à arriver, parfois, à des positions extrêmes : à la sortie d’iOS 13, de nombreuses personnes n’ont pas compris pourquoi leur iPhone leur demandait des autorisations Bluetooth, ni s’il fallait les accepter. Comme nous l’expliquions alors, il était important de bien regarder à quoi servait l’autorisation pour éviter de perdre une fonctionnalité qui aurait pu être centrale à l’usage d’une application. Avec iOS 14, Apple va plus loin, notamment du côté de la géolocalisation.

Il est vrai que le mot a tendance à effrayer. Être géolocalisé, c’est être repéré sur une carte par une application, de manière plus ou moins précise. Quand le GPS est impliqué, la précision est extrême, mais vous connaissez normalement son usage : être guidé avec précision dans les rues d’une ville, par exemple. Tout l’enjeu est de savoir ce qu’on gagne en échange quand on laisse une application accéder à ces informations et si ces informations seront utilisées à d’autres fins.

La géolocalisation est déjà très transparente sur iOS 13 // Source : Numerama

La géolocalisation approximative sur iOS 14

C’est d’autant plus vrai quand une application n’a pas un usage évident de la fonction : une application de recommandation de sortie pourrait pourtant souhaiter très légitimement vous géolocaliser pour vous proposer des idées dans un périmètre accessible. L’application de la Croix rouge vous géolocalise également pour vous donner les instructions d’accès aux secours quand vous changez de pays. Leur accès à votre position est donc compréhensible.

Une zone de 25 kilomètres carrés autour de vous

Mais pour toutes ces applications qui ne demandent pas une géolocalisation précise, Apple va permettre dans iOS 14 de proposer une autre forme de géolocalisation, dite approximative. Typiquement, une application comme celle de la Croix rouge pourrait l’utiliser : elle n’a pas besoin de savoir à quelle rue vous vous trouvez, mais simplement où vous êtes à peu près. Cette nouvelle autorisation proposera une géolocalisation à une précision de 25 km carrés. Elle sera centrée sur le bâtiment public le plus proche de l’utilisateur (mairie, musée, etc.) ou le « carrefour le plus fréquenté », comme le précise un représentant d’Apple à Numerama. En pratique, elle permettra de créer des fonctionnalités géolocalisées dans une app, sans compromettre la vie privée de l’utilisateur.

Reste que cette option, mise à la disposition des développeurs, ne sera pas rétroactive : si vous avez déjà autorisé une application à vous géolocaliser, vous n’aurez pas une nouvelle pop-up si elle ajoute cette nouvelle option. Ce sera au développeur de suggérer ce nouveau choix dans son interface.

Plus de transparence sur les applications

Cette nouvelle option fait partie de nombreux ajouts liés à la protection des données permettant d’identifier les utilisateurs de produit Apple. Dans l’App Store, toutes les permissions seront d’ailleurs désormais affichées clairement sur la page de téléchargement d’une app, informations sur le ciblage publicitaire éventuel incluses.

Les nouvelles informations sur l’App Store // Source : Capture d’écran Apple

Partager sur les réseaux sociaux