Lancée mi-juin, la fonctionnalité permettant de publier des tweets vocaux a suscité divers commentaires, notamment sur l'enjeu de l'accessibilité pour les personnes sourdes. Le réseau social a admis un faux pas et promis de corriger le tir.

Lorsque Twitter a annoncé l’arrivée des tweets vocaux, le 17 juin dernier, des mises en garde n’ont pas tardé à émerger sur les éventuelles nuisances que cette nouvelle option engendrerait. Deux enjeux ont notamment été mis en avant : la modération des propos litigieux et le risque de voir du « deepfake audio », c’est-à-dire l’utilisation d’échantillons de voix disponibles, pour ensuite générer des phrases artificielles que le locuteur n’a pas prononcées.

Cette fonction étant toute récente et sa disponibilité limitée, ces deux problématiques sont encore heureusement assez contenues. En revanche, un souci beaucoup plus immédiat s’est posé : celui de l’accessibilité. Les tweets audios peuvent certes être pratiques pour une personne malvoyante ou aveugle, mais un obstacle pour celles et ceux qui sont frappés de surdité, s’il n’y a aucun logiciel permettant de retranscrire par écrit à la volée ce qui est dit à l’oral.

Cette mise à l’écart d’une partie des internautes malentendants ou sourds à cause d’une évolution du design d’un service en ligne a rapidement été un sujet de discussion sur le site communautaire, notamment à travers le mot-clé #a11y, qui rassemble les messages sur le thème de l’accessibilité (accessibility en anglais, mais abrégé en a11y). Sujet de discussion qui a fini par arriver aux oreilles virtuelles de Twitter, qui a reconnu s’être un peu précipité sans envisager les conséquences pour une partie du public.

Twitter promet de l’accessibilité dès la conception

C’est ainsi que Dantley Davis, qui est justement le patron du design chez Twitter, a pris la parole en reconnaissant un certain loupé. « Il est clair que nous avons beaucoup de travail à faire pour rendre Twitter plus inclusif pour les personnes en situation de handicap. Je plaiderai pour qu’a11y fasse partie de notre conception dès le début de tous les projets », a-t-il écrit le 18 juin sur #a11y.

D’ores et déjà, Twitter est en train de corriger le tir. Dans quelques messages publiés à la suite, l’entreprise reconnaît que «  l’accessibilité ne doit pas être une pensée après-coup », mais figurer dès la conception (accessibility by design en somme, de la même façon qu’il y existe un mouvement de privacy by design depuis les révélations d’Edward Snowden sur la vie privée et la confidentialité).

Au-delà de l’acte de contrition, l’entreprise a présenté de quelle façon elle entend redresser la barre : d’abord, les tweets vocaux seront mieux identifiables dans le flux des messages, à l’occasion d’une future mise à jour d’iOS — cette fonctionnalité n’est en effet disponible que sur cette plateforme. D’autres modifications sont évoquées autour de l’accessibilité, mais dont le détail n’est pas donné.

Twitter oral vocal exemple
Un exemple de tweet vocal, tel qu’il apparaît sur le réseau social. // Source : Twitter

Autre changement à attendre, mais à un horizon un peu plus lointain : la possibilité d’avoir un outil de transcription automatique par écrit, afin de pouvoir générer des tweets écrits en se basant sur les tweets vocaux. Il est aussi question d’une transcription manuelle, mais il reste à voir qui s’en chargerait — probablement pas la personne à l’origine du tweet vocal, puisque si elle s’en sert, c’est bien pour ne pas avoir à se servir de son clavier d’ordinateur ou de smartphone.

Les tweets vocaux sur Twitter

Comme la version écrite de Twitter, cette déclinaison sonore du réseau social reprend la traditionnelle limite des 140 caractères (passée depuis à 280 signes), mais en l’ajustant à l’oral. Ainsi, chaque message vocal peut enregistrer jusqu’à 140 secondes (soit 2 minutes et 20 secondes), ce qui est particulièrement long et permet de fait de dire beaucoup plus de choses qu’un texte en 280 caractères, qui se lit en un clin d’œil.

Cette fonctionnalité comprend également un utilitaire qui découpe automatiquement un discours en autant de tweets vocaux que nécessaire, générant ainsi un fil similaire aux « threads » par écrit qui fleurissent régulièrement sur la plateforme pour creuser un sujet qu’il n’est pas possible de synthétiser en peu de mots.

La fonctionnalité des tweets vocaux est encore très restreinte, puisque seule une poignée d’individus sur iOS ont le droit de s’en servir. Elle doit être progressivement élargie aux autres dans les semaines à venir. Concernant Android ou la version web du site, Twitter n’a pas évoqué de calendrier particulier.

Partager sur les réseaux sociaux