Si le 737 Max a été cloué au sol principalement à cause du système anti-décrochage MCAS, l'avion souffre également de plusieurs autres bugs, qui ont été découverts ces derniers mois. Le dernier en date a été repéré en janvier 2020.

C’est une nouvelle contrariété pour Boeing. Le constructeur aéronautique, qui se débat depuis bientôt un an pour remettre en état le 737 Max, cloué au sol depuis mars 2019, a été confronté en janvier à un nouveau dysfonctionnement. Dévoilé par Bloomberg le 6 février, le bug concerne un voyant d’avertissement qui indique aux pilotes si le compensateur — un dispositif qui redresse ou fait pencher l’avion — est hors service.

Selon le directeur de l’administration américaine de l’aviation civile (FAA), ce témoin lumineux s’allume de façon incohérente et est susceptible de rester allumé plus longtemps que nécessaire. La bonne nouvelle, néanmoins, c’est que Boeing connaît l’existence de ce bug et a notifié la FAA en janvier. Une mise à jour est annoncée pour que le voyant se comporte normalement.

Ce qui est plus préoccupant, en revanche, c’est que cette anomalie découle des efforts d’ingénierie logicielle de Boeing pour rendre l’ordinateur de vol de son avion plus résilient face aux pannes, selon des sources consultées par le journal économique. Cependant, ce souci n’est pas jugé à ce point critique pour qu’il remette en cause le calendrier estimatif de la remise en service du 737 Max.

Boeing 737 MAX avion
Un Boeing 737 MAX en manoeuvre. // Source : Nathan Coats

Un retour à la normale attendu en 2020

À la fin du mois de janvier, Boeing a en effet estimé que son aéronef ne devrait pas revenir sur les pistes avant la mi-2020. L’échéance est lointaine, mais elle permet aussi d’avoir une marge de sécurité pour régler ce genre de pépins. De toute façon, l’industriel doit attendre le vol d’approbation et celui-ci n’est pas prévu avant au moins quelques semaines, selon la FAA, car il reste encore quelques corrections à effectuer.

Parmi elles, hormis la résolution de ce bug, figure une intervention au niveau du câblage électrique du 737 Max. Ces ajustements ne sont pas considérés comme significatifs, mais il inconcevable que Boeing remette en service son avion alors que tous les chantiers ne sont pas bouclés, même les plus insignifiants. Cependant, concernant le souci principal du MCAS, l’audit des modifications de Boeing est terminé.

De plus en plus de problèmes apparaissent

Depuis la mise à l’écart du Boeing 737 Max, tous les regards se concentrent sur le MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), un dispositif qui sert à stabiliser automatiquement l’aéronef en vol, afin qu’il évite de décrocher et de partir en piqué. Le MCAS a été développé pour compenser certains choix de design au niveau de l’aéronef, mais il s’est avéré défaillant. Il n’a pas pas été correctement conçu et testé et, surtout, il n’était pas connu des équipages.

Toutefois, d’autres problèmes sont apparus depuis. En juin dernier, un défaut matériel situé au niveau d’un microprocesseur a été remonté dans la presse. Selon un témoignage, il rendait difficile la prise de contrôle immédiate de l’avion par les pilotes en cas de piqué. En janvier de cette année, c’est un souci au niveau des ordinateurs de vol qui a été rapporté par les médias.

Crédit photo de la une : Liam Allport

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo