Trois ans après le QC 35, Bose lance un nouvel objet dans la gamme « casque à réduction de bruit active ». Son Headphones 700 est une nouvelle réussite mais doit composer avec une concurrence plus féroce.

À une époque où les écouteurs sans fil se multiplient, on serait tenté de croire que les casques ont quelque peu cédé leur place au moment d’accompagner nos playlists favorites. C’est loin d’être vrai. Si on apprécie la praticité du design à la AirPods (des oreillettes nichées dans un boîtier de recharge), un casque reste la solution optimale pour qui souhaite faire honneur à ses artistes préférés. Sur le segment du sans-fil, Bose a vite recueilli les suffrages avec son QC35, dont la deuxième version n’a rien apporté de fondamentalement nouveau.

Casque Bose Headphones 700 (vue de l’extérieur) // Source : Numerama

Mais il était temps pour le constructeur de revoir sa copie. Voici donc venu le Headphones 700, qui n’est pas (encore ?) considéré comme le successeur de son best-seller. Plutôt comme la suite logique, avec un design repensé, mais des fonctionnalités préservées. La réduction de bruit active en tête, le tout à un prix premium (399,95 euros). C’est un peu plus cher que le Sony 1000XM3, référence du marché.

Design pratique

Bose a clairement privilégié la praticité à la beauté avec son Headphones 700, dont la sobriété saute aux yeux. En résulte un casque esthétiquement discret quand on le compare avec d’autres solutions du marché (les Beats, les Master & Dynamic). Les oreillettes s’appuient sur une forme simple et efficace, reliées par un arceau doté de tiges masquant le mécanisme permettant de jouer sur la taille. On apprécie ce choix, qui renforce un peu plus la solidité d’un produit pensé pour durer et qui abandonne volontiers les fioritures pour miser sur la qualité de fabrication. Sur ce point, il sera difficile de prendre le Headphones 700 en défaut : la finition mate, associée au cuir synthétique, transpire l’assemblage bien fait.

Épuré

Si le Headphones 700 est aussi épuré, c’est aussi parce que Bose a limité au maximum les boutons physiques. Le constructeur mise sur la zone tactile située sur l’avant de l’oreillette droite. On retrouve quand même un bouton de chaque côté pour les commandes vocales (droite) et la réduction de bruit (gauche), ainsi qu’un bouton d’alimentation (droite). Le strict minimum en somme. Côté connectique, le casque dispose d’un port jack et d’un port USB-C. Bon point : le produit est livré dans une pochette de rangement rigide et élégante. Tant mieux pour le transport, même si elle prend de la place (le casque ne se replie pas sur lui-même).

Du point de vue des quelques éléments qui pêchent, on trouvera à redire sur l’orientation des oreillettes quand on veut porter le Headphones 700 autour du cou (pourquoi vers l’extérieur ? !), ainsi que sur le câble de recharge. Pourquoi fournir un câble USB-A vers USB-C à une époque où le marché est tourné vers l’USB-C ? Ce choix force à passer par un adapteur si votre PC — au hasard un MacBook — est dépourvu d’un port USB-A.

Casque Bose Headphones 700 dans sa pochette // Source : Numerama

Simple à utiliser

Pour relier le Headphones 700 à son smartphone ou sa tablette (jusqu’à cinq appareils), il faut passer par l’application Bose Music. L’opération ne dure que quelques minutes et, une fois terminée, vous serez tranquille une bonne fois pour toutes. Notez que vous y retrouverez quelques paramètres, comme la puissance de la réduction de bruit (de 0 à 10, avec trois raccourcis personnalisables). En revanche, contrairement aux produits de Sony, Bose ne propose pas d’égaliseur pour affiner le rendu sonore. Un vrai manque pour les puristes. 

Bose ne propose pas d’égaliseur

Concernant les commandes tactiles qui répondent très bien (sans latence), elles autorisent :

  • La mise en lecture/pause (tapoter deux fois à l’avant) ;
  • Le contrôle du volume (balayer vers le haut ou le bas) ;
  • La sélection de morceaux (balayer vers l’avant ou l’arrière) ;
  • La notification du niveau de batterie (appui long).

Par ailleurs, le Headphones 700 s’intègre dans l’écosystème Bose AR, soit de la réalité augmentée audio. Par exemple, regarder un lieu activera des renseignements sonores grâce aux données de géolocalisation. Cette technologie prometteuse, pensée pour laisser son téléphone tranquille, réclame des applications compatibles pour donner le meilleur d’elle-même. Comprendre : il faudra que le marché suive et, pour le moment, seules quelques activités sont disponibles.

Casque Bose Headphones 700 (vue de profil) // Source : Numerama

Un casque qui n’emprisonne pas

Malgré son aspect mastoc, le Headphones 700 s’avère particulièrement agréable à porter, même pendant une longue durée. Il faut dire que l’arceau est équipé d’un rembourrage en mousse qui épouse le haut du crâne à la perfection et empêche cette notion de congestion qui peut apparaître avec le temps. On apprécie par ailleurs la souplesse des coussinets, qui enferment l’oreille sans donner l’impression de les emprisonner. Ce constat pallie le défaut de l’angle d’inclinaison minime des oreillettes, choisi pour accoucher d’une structure en acier inoxydable ferme et, par ricochet, solide.

En revanche, on ne conseillera pas le Headphones 700 pour une utilisation dans une salle de sport. Bose n’annonce aucun indice de résistance aux éclaboussures, ce qui peut poser problème en cas de transpiration pendant des efforts répétés et intensifs.

Casque Bose Headphones 700 (vue intérieure) // Source : Numerama

La réduction du bruit est bluffante

Sony a placé la barre très haut avec sa technologie de réduction de bruit active intégrée à son casque WH-1000XM3, qu’il s’est permis de décliner ensuite sur des écouteurs sans fil (avec une efficacité moindre, mais tout de même étonnante). Bose était dès lors dans l’obligation de se retrousser les manches pour, à minima, revenir à hauteur. Dans 95 % des cas, le Headphones 700 — réglé au maximum — vous plongera dans une bulle de tranquillité appréciable (au prix d’un léger souffle, très peu perceptible si on n’y pense pas).

Il y a encore quelques bruits résiduels qui passent au travers des mailles du filet (exemple : si vous tapez fort sur votre clavier), mais celles et ceux qui veulent avoir la paix auront largement de quoi être satisfaits. En revanche, on ne comprend pas pourquoi Bose propose autant de paliers de réduction : les différences quand on passe de l’un à l’autre ne sautent pas aux yeux oreilles.

En ce qui concerne les performances acoustiques, les détracteurs de la signature Bose — très neutre — n’y trouveront toujours pas leur compte. Ainsi, la restitution manque toujours de ce soupçon de personnalité qui fait que l’on apprécie une marque plutôt qu’une autre. Globalement, le Headphones 700 est à son aise avec des morceaux où les basses sont très présentes (le hip-hop, au hasard), mais se révèle un peu plus brouillon quand il s’agit de détacher précisément des instruments (exemple : Apocalyptica). Bon point : la puissance de la réduction de bruit n’a aucune influence sur le rendu sonore, qui mériterait d’être un tantinet plus aéré. Là c’est un peu morne.

Notons que retirer le casque de ses oreilles ne met pas automatiquement la musique en pause.

Casque Bose Headphones 700 // Source : Bose

Presque une journée d’utilisation

Bose annonce une autonomie confortable de 20 heures, une caractéristique qui dépend bien évidemment de l’utilisation (puissance de la réduction de bruit, volume d’écoute…). En pratique, la quinzaine d’heures est largement dépassée, sachant que l’on peut récupérer 3h30 en 15 minutes grâce à la charge rapide.

En bref

Bose Headphones 700

Note indicative : 4/5

Faut-il changer son QC 35 pour un Headphones 700 ? Nous serions tentés de dire non. Mais si vous êtes dans un processus d'achat imminent, alors le nouveau casque anti-fil et anti-bruit de Bose est un produit à considérer. Logiquement meilleur que son prédécesseur, le Headphones 700 se dote d'une technologie de réduction de bruit active très, très efficace et, surtout, apte à concurrencer celle de l'excellent WH-1000XM3 de Sony. 

Maintenant, il faudrait que Bose crée une signature sonore de haute volée ou, au moins, propose un égaliseur dans son application à qui il ne manque finalement que cette fonctionnalité. Rendez-vous dans trois ans pour corriger ces derniers défauts ? 

Top

  • Design sobre et efficace
  • Réduction de bruit active performante
  • Qualité de finition

Bof

  • Rendu sonore un poil plat
  • Câble USB-C vers USB-A
  • Prend de la place

Partager sur les réseaux sociaux