Mozilla a décidé de percuter frontalement YouTube. La fondation lance une campagne invitant les internautes à raconter les dérives des algorithmes de recommandation de la plateforme, afin de l'obliger à les corriger.

Comment pousser Google à corriger les algorithmes de recommandation de YouTube ? De nombreuses voix se plaignent de la manière dont la plateforme suggère des vidéos au public et n’ont pas le sentiment que les choses changent malgré les actions initiées par la plateforme. La fondation Mozilla, comme tout le monde, connaît la controverse qui existe. Et justement, elle propose de tenter quelque chose pour contraindre le site à revoir ses pratiques.

La stratégie adoptée ? Embarrasser Google en amassant assez de témoignages pour montrer qu’il y a quelque chose de pourri dans le royaume de YouTube. Ainsi, depuis le 11 septembre, les internautes sont invités à venir raconter ce qui ne va pas avec le site. Ils peuvent remplir un formulaire mis en ligne (aussi disponible en français) par Mozilla sur Google Docs. Les récits des internautes pourront alors servir, indique la fondation, à des campagnes en ligne ou bien servir d’exemples en cas de réunion avec les équipes de YouTube.

Le visuel de la campagne que lance Mozilla contre la recommandation de YouTube. // Source : Mozilla

Mais quelles histoires Mozilla attend exactement ? En guise d’exemple, la situation suivante est présentée : « une fois, à deux heures du matin, vous cherchiez sur YouTube la requête : ‘est-ce que les aliens ont construit Stonehenge ?’. ? Depuis, vos recommandations YouTube ont été un désastre : Roswell, trous de ver, Illuminati ». Bref, à cause d’une requête atypique, vous n’arrivez plus à vous vous dépêtrer de suggestions toutes plus douteuses les unes que les autres.

Mozilla ne cache pas qu’il entend se servir de l’expérience du public pour venir percuter frontalement YouTube. « Nous voulons recueillir vos témoignages et les utiliser pour faire pression sur YouTube afin qu’il fasse mieux », est-il indiqué. Twitter est aussi mobilisé, avec le mot-clé #YouTubeRegrets, pour tenter d’atteindre de nouvelles personnes qui pourraient aussi témoigner ou bien pour faire réaliser à d’autres que la plateforme ne parvient pas à satisfaire son public.

Des algorithmes constamment pointés du doigt

Les algorithmes de la plateforme ont souvent été pointés du doigt par des vidéastes, des  internautes, la presse et même des universitaires. Par exemple, les outils ont établi une association entre l’incendie de la cathédrale Notre-Dame et les attentats du 11 Septembre. Dans le cas des vidéos complotistes (la Terre est plate par exemple) ou défiant la méthode scientifique (le mouvement antivaccin), qui pullulent sur YouTube, le risque est de ne pas pouvoir se défaire de ces recommandations.

Il a aussi été documenté que YouTube Kids, l’espace réservé aux enfants, est exposé à ce problème.

Wikipédia YouTube
YouTube a mis en place plusieurs mesures qui corrigent les conséquences des algorithmes, mais qui n’agissent pas sur les causes (l’algorithme lui-même).

Bien sûr, YouTube n’est pas complètement resté les bras ballants : le site a déjà déployé des dispositifs pour contrer l’impact de certaines vidéos complotistes, en faisant par exemple un lien sur Wikipédia pour rappeler la réalité historique de certains évènements, ou bien en indiquant quelle est la nature de certaines chaînes et comment elles se financent (si c’est une télévision russe, française, privé ou publique, etc.). Mais l’initiative démarrée par la fondation Mozilla montre que le souci est loin d’être résolu.

« L’outil de suggestion de YouTube peut suggérer exactement ce que vous recherchez — ou vous mener de plus en plus profondément dans un trou de désinformation et de haine », écrit Mozilla. La fondation dit avoir déjà eu une réunion avec les équipes de YouTube pour leur demander de s’y mettre vraiment. Il reste à savoir si la campagne d’embarras que la fondation démarre fera bouger les lignes, alors que l’entreprise ne cesse de dire qu’il fait de son mieux. Aux internautes de saisir cette opportunité.

Partager sur les réseaux sociaux