Selon des sources internes, Bytedance, la maison-mère de TikTok, chercherait à développer et commercialiser un smartphone.

Y aura-t’il bientôt un petit nouveau sur le marché des smartphones ? Lundi 27 mai, le Financial Times a révélé que ByteDance, la maison-mère de TikTok, comptait créer son propre téléphone. Il aurait pour particularité d’avoir plusieurs applications préinstallées… parmi lesquelles il y aura évidemment l’application de partage de courtes vidéos.

Des brevets rachetés à un fabricant

En octobre 2018, ByteDance est devenue la startup la mieux valorisée au monde. Ce succès, l’entreprise chinoise le doit à deux de ses produits : TikTok (un milliard d’utilisateurs environ) et Jinri Toutiao, un agrégateur d’informations (120 millions d’utilisateurs).

Le logo de l’application TikTok. // Source : Tik Tok

Les deux applications de ByteDance seront préinstallées sur le smartphone que développe ByteDance, ont raconté deux sources proches du dossier au Financial Times. Il en serait de même pour un mystérieux service de streaming musical, sur lequel plancherait la startup.

Zhang Yiming, le CEO de ByteDance, rêverait d’un telle telle création depuis longtemps. Début 2019, son entreprise a d’ailleurs signé un accord avec Smartisan, un fabricant de smartphones. Elle lui a racheté plusieurs brevets et a embauché certains de ses employés pour un projet, disait-elle, d’« éducation  » — aucun détail n’avait été donné sur ce que renfermait ce terme.

Est-ce vraiment le bon moment ?

Le Financial Times n’a pu obtenir aucun détail sur le smartphone : on ne connaît ni son design, ni le public visé. Le contexte est pour le moment assez peu favorable à la sortie mondiale d’un smartphone chinois. La marque Huawei, également chinoise, connaît de grosses difficultés aux États-Unis. Le pays dit la soupçonner d’activités d’espionnage et les discussions commerciales sont plus ou moins au point mort.

ByteDance doit aussi se battre pour que son application TikTok reste prospère. Il y a quelques semaines, elle a été interdite en Inde (après l’avoir été au Bangladesh), à la demande du gouvernement qui craignait qu’elle ne soit dangereuse pour les jeunes utilisateurs. Malgré les soupçons autour de la présence de prédateurs sexuels, la justice a finalement décidé de casser cette décision.

Facebook et Amazon avaient déjà tenté de lancer des smartphones avec des applications préinstallées, sans grand succès. Les deux produits ont été retirés de la vente peu après leur lancement.

À lire sur Numerama : Comment utiliser TikTok  : guide de survie sur l’application préférée des ados

Partager sur les réseaux sociaux