Des étudiants de l'université de Stanford ont inventé un chien-robot open-source. Il est possible de le recréer pour environ 2 600 euros.

Doggo n’en a peut-être pas l’air au premier abord, mais il s’agit bien d’un chien-robot (un peu rectangulaire certes). Développé par des étudiants de l’université de Stanford, aux États-Unis, il a été présenté dans une vidéo YouTube lundi 20 mai. On l’y voit réaliser quelques prouesses, comme des saltos.

Un chien qui fait des saltos

Doggo est un petit engin métallique léger, doté de quatre « pattes » articulées. Il sait sauter, trottiner, et faire des saltos avec une aisance assez remarquable, comme on peut le voir ici :

L’entreprise Boston Dynamics a déjà développé des robots sportifs. Ils peuvent se déplacer sur un terrain rempli d’obstacles, courir, sauter, porter des poids lourds, faire du crossfit ou des saltos. Il s’agit cependant de produits haut de gamme, qui ne sont pas vraiment destinés au grand public pour le moment. Seul le SpotMini sera vendu dès 2019 — son prix n’est pas encore connu. Il n’a été testé qu’en entreprise, notamment dans le secteur de la livraison. La plupart des chiens robots qui sont actuellement sur le marché sont d’ailleurs plutôt destinés à des activités d’entreprise.

Un robot à fabriquer soi-même

Doggo lui, est clairement à destination des particuliers. Il faut toutefois mettre un sacré prix, car il coûte 3 000 dollars (2 600 euros) à fabriquer. Cela peut sembler (très) cher au premier abord, mais c’est le prix que valent les robots-chiens pour particuliers des concurrents.

Doggo se promène comme un chien. // Source : Capture d’écran YouTube / Stanford

À titre de comparaison, Aïbo, le robot développé par Sony, coûte 2 900 dollars (les anciens modèles étaient à 5 000 dollars). Pour ce prix-là, il ne fait aucun salto. En revanche, il ressemble vraiment à un chien, et peut répondre aux ordres qu’on lui donne. Doggo ne fonctionne pour le moment pas à la voix mais grâce à une télécommande.

Le robot Aibo // Source : Numerama

Il n’est pas encore question de commercialiser Doggo. En revanche, les étudiants qui l’ont développé vous invitent à le reproduire : le logiciel qui rend le robot fonctionnel est en open-source.

Partager sur les réseaux sociaux