Oubliez les projecteurs 4K et les écouteurs à réduction de bruit : la vraie star du CES chez Sony, c'est Aibo, le petit chien robot.

C’était il y a 12 ans : Sony dévoilait son Aibo, une petite boule de plastique robotisée qui avait fait fondre les ados de l’époque. Il s’agissait d’un produit grand public amenant la robotique sur le devant de la scène, du rêve à la réalité. Aujourd’hui, le robot chien des années 2000 revient. Ressuscité en novembre dernier via des précommandes ouvertes pour 198 000 yens, soit 1 500 € à peu près, le Aibo nouvelle génération doit être lancé le 12 janvier 2018. Au CES, il faisait une apparition remarquée sur les moquettes du stand de Sony.

Le petit chien robotique est fidèle à lui même, si ce n’est à ses propriétaires. Il bouge, marche, aboie, joue avec une balle et surtout, répond quand il veut aux ordres. C’est l’une des choses qui font que ce Aibo nous touche immédiatement : contrairement à une machine, il ne fait pas toujours ce qu’on lui dit. S’il ne veut pas rapporter la balle ou chanter une chanson, personne ne pourra le forcer et le robot se mettra alors à faire une moue avant de continuer à vaquer à ses occupations.

Le deuxième point qui fait que le robot est attachant, c’est probablement le côté animatronics de l’appareil. Sa queue frétille quand il est content, ses grands yeux s’éveillent et ses pattes articulées lui donnent les moyens de faire de petits déplacements ou de s’asseoir, avec une grâce toute robotique. L’ensemble de ces animations fonctionne et on arrive à être touchés comme en présence d’un vrai bébé animal. Les aaaaw  béats sortent inconsciemment de notre bouche.

Enfin, cet Aibo de nouvelle génération apprend et sait retenir l’affection que vous lui donnez. Il sera content en entendant des « bon chien » et bougera sa frimousse quand vous lui gratterez le cou ou le dessus de la tête. Les réactions du chien à ces gestes spontanés renforcent la sensation qu’il s’agit d’un animal bien réel. Alors évidemment, difficile d’oublier trop longtemps qu’il s’agit d’un jouet robotisé, mais le temps d’un tour au CES, l’expérience fonctionne. On adore.

Partager sur les réseaux sociaux