L'Asus Zenfone 6 embarque une caméra pop-up intrigante.

Quand en 2018, la première caméra pop-up est apparue sur le marché des smartphones, on se demandait s’il s’agissait d’un gadget voué à disparaître aussi vite qu’il était apparu. Beaucoup de critiques avaient alors fusé : ce système qui permet d’avoir un véritable écran sans bord amène aussi une fragilité technique et des bugs entre la caméra et les applications Android qui ne la prennent pas en compte. Force est de constater que ce système débarqué par hasard n’est pas mort avec les premiers essais.

Après le OnePlus 7 Pro qui mise sur ce gadget pour faire sortir une caméra avant, l’Asus Zenfone 6 présenté hier par le Taïwanais propose sa version du concept. Cette fois, on se dit qu’Asus a dressé un véritable cahier des charges pour que son idée ne soit pas uniquement un gimmick. En effet, la caméra pop-up du ZenFone 6 n’est pas uniquement jaillissante, elle est aussi retournable. Et c’est peut-être ce petit changement technique initié par Samsung et son A80 qui permet de justifier, enfin, cette idée saugrenue.

La caméra pivot

Asus Zenfone 6 // Source : Geoffroy Husson pour FrAndroid

Le bloc caméra qui pivote donne en effet deux avantages à l’Asus ZenFone 6 :

  • Une caméra avant de grande qualité : contrairement à OnePlus et à la plupart des constructeurs qui utilisent le module « pop-up » pour faire jaillir une caméra avant traditionnellement moins bonne que les modules à l’arrière des smartphones, Asus retourne simplement le module arrière. Ce faisant, il n’utilise qu’un bloc caméra haut de gamme (Sony IMX586 de 48 mégapixels avec un objectif f/1,79 et d’un second appareil ultra grand-angle de 13 mégapixels) pour tous les clichés. L’argument peut faire mouche chez les amoureux et amoureuses de selfies.
  • Un système contrôlable : avec son pivot, la caméra peut être ajustée sur tout l’axe de rotation. Cela signifie que la personne qui prend le cliché peut orienter ces yeux numériques où elle le souhaite. Certains y verront un gadget, d’autres un argument pour donner un plus de contrôle à l’orientation d’une caméra de smartphone, permettant peut-être des angles encore jamais atteints.

En clair, pour un prix inchangé (499 € dans sa version entrée de gamme commercialisée en juin), Asus a donné du sens à la caméra unique qui se retourne. L’ensemble peut paraître maladroit, les jours entre le module laisseront sans doute passer des poussières qui vont fragiliser le smartphone, mais on semble arriver à un moment où le problème des concurrents d’Apple et Google n’est plus de se demander « quel gadget sortir pour se démarquer, qu’importe l’usage  », mais bien « quel gadget vraiment utile pourrait faire de mon smartphone un modèle unique et désirable  ». Et cela fait du bien, après un Zenfone 5 dont le seul intérêt était d’être une bonne copie d’iPhone X.

Partager sur les réseaux sociaux