Quelques mois après le premier vol du taxi volant de Boeing, c’est au tour de Lilium de réussir son test. Le 15 mai, la startup allemande a publié une vidéo montrant le décollage du Lilium Jet, son aéronef électrique prévu pour embarquer cinq passagers. L’engin ne s’est élevé que de quelques mètres, mais il s’agit déjà d’une prouesse pour la compagnie. Jusqu’ici, elle n’était parvenue à faire voler qu’un prototype de deux places en 2017. Dans une interview accordée à Techrunch, Daniel Wiegand, le PDG de Lilium, s’est montré très satisfait du résultat : « Le test s’est déroulé comme on l’avait prévu. C’est un grand pas en avant pour la mobilité aérienne. »

Le Lilium Jet réussit son décollage. // Source : Youtube/Lilium

Propulsé par 36 moteurs électriques, le Lilium Jet doit être capable de se déplacer à 300 km/h une fois sa construction terminée. Avec une autonomie de 300 km selon les prévisions de la société, le taxi volant pourrait donc transporter des passagers de New York à Boston en une heure. Selon le responsable mise en conformité Remo Gerber, interviewé par The Verge, « l’autonomie du Jet est due au design de son aile fixe qui a, en vitesse de croisière, seulement besoin de 10 % des 2 000 chevaux produits par les moteurs. »

Plutôt que d’utiliser des hélices pour s’élever, à la manière d’un drone, Lilium a créé un système de propulseurs particulier. Au décollage, ils sont installés à la verticale pour que le véhicule se propulse dans les airs. Une fois en vol, ils passent à l’horizontale et permettent au taxi d’avancer. C’est en tout cas ce qui est prévu à terme.

Les propulseurs du Lilium Jet peuvent passer d’une position verticale à une position horizontale. // Source : Lilium

De nombreux défis à venir

Pour que son taxi devienne réellement utilisable, Lilium devra évidemment faire en sorte qu’il puisse se déplacer. Pour cela, la firme devra notamment faire face à un problème commun à tous les aéronefs électriques : le poids des batteries. Actuellement, l’énergie qu’elles contiennent ne compense pas suffisamment leur masse, ce qui empêche les avions d’être efficaces en vol.

Il faudra au moins attendre 2025 pour embarquer à bord du Lilium Jet. // Source : Lilium

Une fois le problème du design réglé viendra celui de la mise en place du service. Sur son site, Lilium explique que son taxi volant est en cour de certification par l’Agence européenne de la sécurité aérienne et par l’Administration fédérale de l’aviation des États-Unis. Même si les deux agences acceptent le taxi volant, Lilium devra trouver des solutions pour proposer un service viable et intéressant à ses clients. Difficile de se faire appeler « taxi » s’il faut réserver son vol des jours à l’avance. La startup allemande va devoir résoudre ces problématiques importantes d’ici 2025, année qui doit marquer le démarrage commercial du Lilium Jet.