Aussi inoffensive semble-t-elle, l'introduction d'une eSIM sur l'iPhone XS est une étape majeure dans la rivalité des géants de la tech avec les opérateurs télécoms. Retour sur une longue lutte de pouvoir.

Apple a enfin rejoint le club des smartphones à deux cartes SIM lors de sa keynote du 12 septembre 2018. Prisées dans les pays émergents, les doubles SIM permettent de profiter des avantages de plusieurs forfaits en même temps. Mais contrairement à ses équivalents chez Samsung ou Huawei, l’iPhone XS ne dispose pas (hormis dans sa version chinoise) de deux emplacements pour la fameuse puce : la SIM additionnelle est une « eSIM », intégrée à l’intérieur même de l’appareil.

L’eSIM permet entre autres de gagner de la place par rapport à un emplacement SIM classique, permettant par exemple d’installer une plus grosse batterie ou un processeur plus puissant. Mais ce choix n’est pas purement technologique. Les cartes SIM sont effet un volet d’une longue guerre froide qui oppose la Silicon Valley et les opérateurs télécoms. Voici en quoi l’eSIM sur l’iPhone XS pourrait signer en coulisses un nouvel épisode de cette rivalité.

Enjeux de pouvoir

Pour comprendre, il faut se rappeler ces temps de jadis où les opérateurs télécoms exerçaient un pouvoir hégémonique sur les technologies de l’information. AT&T, le plus gros opérateur américain, retrace son histoire à l’invention du téléphone par Graham Bell en 1876. C’est dans ses Bell Labs que le mathématicien Claude Shannon met au point dans les années 40 la théorie de l’information, cruciale pour la naissance de l’informatique. C’est encore chez AT&T que sera inventé le transistor, le langage de programmation C ou encore le système d’exploitation Unix, à l’origine de tant d’autres systèmes modernes comme Linux, Android ou macOS.

Mais depuis, la suprématie des opérateurs télécoms a volé en éclats. Exit le fax et le téléphone fixe : tout se passe via Internet, où ce sont de nouveaux géants comme Google ou Facebook qui font la loi. Même si les opérateurs se sont mués en fournisseurs d’accès à Internet (FAI), ils grincent des dents. Le juriste Tim Wu, à qui l’on doit l’expression « neutralité du Net », a abondamment traité de cette déchéance des telcos dans son excellent livre The Master Switch. Parmi les tentatives des opérateurs de dicter leur loi à la Silicon Valley, on retrouve en effet la lutte contre la neutralité des réseaux et la volonté de pouvoir accorder à telle ou telle plateforme du web une quantité arbitraire de bande passante.

CC Pascal Kurschildgen

Un autre enjeu de pouvoir, beaucoup plus discret, est la carte SIM. D’un point de vue technique, une carte SIM (Subscriber Identity Module) n’est pas grand-chose d’extraordinaire. C’est une petite puce mémoire contenant un certain nombre d’identifiants, comme l’IMSI (International Mobile Subscriber Identity) qui sert par exemple à ce que les appels téléphoniques arrivent à bon port, ou encore les MNC (Mobile Network Code) qui indiquent au téléphone sur quels réseaux se connecter et servent aussi à détecter les situations d’itinérance (roaming) en cas de déplacement à l’étranger. A priori, peu de limitations empêcheraient ces données d’être incluses dans un élément inamovible du téléphone, et d’être par la suite modifiées par Internet si l’on veut changer d’opérateur.

Pourtant, ce qui rend la carte SIM si stratégique est que sans elle, un smartphone ne sert plus à grand-chose. Le secteur moderne des smartphones n’a décollé que quand ceux-ci ont pu se connecter au réseau partout et sans Wi-Fi. Les opérateurs ont là de quoi faire peser leur influence sur les constructeurs mobiles. De nombreux appareils sont vendus en boutique télécoms, et avec un forfait doté de conditions d’engagement plus ou moins strictes. Sont aussi en jeu des rapports de force internes au secteur des télécoms : les plus gros opérateurs souhaitent empêcher que leurs clients ne passent à la concurrence.

Quand la Silicon Valley veut remplacer les opérateurs

Cela fait quelques années que des géants de la tech veulent repenser la place des opérateurs télécoms dans nos vies — si possible en en profitant pour étendre leur propre influence. Avec son Project Fi lancé en 2015, Google se mue en véritable opérateur : pour un forfait unique de 20 dollars par mois, Fi pioche automatiquement sur les réseaux de plusieurs petits acteurs des télécoms pour offrir la meilleure connectivité à l’usager. La plupart des pays du monde sont couverts sans frais d’itinérance significatifs. Le service fonctionne généralement avec des cartes SIM Fi physiques, bien que le Google Pixel 2 soit doté d’une eSIM compatible uniquement avec Fi.

Microsoft imagine lui que l’on puisse choisir son opérateur comme on choisit de se connecter à un réseau Wi-Fi. La firme de Redmond a lancé en ce début d’année 2018 la version LTE de sa tablette Surface, dotée d’une eSIM en plus d’un emplacement de carte SIM physique. L’utilisateur se rend alors dans le Windows Store pour acheter des packs de données.

Le projet Fi de Google.

Les opérateurs télécoms, du moins les plus gros d’entre eux, auraient plusieurs raisons de se sentir lésés. Dans le cas de Microsoft, les utilisateurs pourraient passer plus simplement à la concurrence, ce qui relancerait une guerre des prix. Les petits opérateurs bénéficieraient d’un gain de notoriété en voyant leurs abonnements figurer aux côtés de ceux des géants dans le Windows Store. Les voyageurs à l’étranger prendraient plus facilement un forfait local, sapant la manne financière des frais d’itinérance qui rapportent encore 21 milliards de dollars par an aux opérateurs mondiaux. Quant à Google, il pourrait devenir un cinquième grand acteur du secteur américain des télécoms si Fi prenait de l’ampleur.

Pourtant, les initiatives de Google et de Microsoft ne semblent pas avoir suscité d’accrochages particuliers avec les opérateurs. Les deux projets sont d’ampleur limitée : les téléphones compatibles Fi se comptent sur les doigts des deux mains, et la Surface reste un appareil de niche. Surtout, aucun des deux géants n’est un acteur significatif dans la vente d’appareils mobiles. C’est pour cela que la méfiance de l’industrie des télécoms se concentre essentiellement autour d’Apple, premier géant de la tech à s’être intéressé ouvertement aux eSIM.

Car la firme de Cupertino a des parts de marché significatives sur le smartphone, de 45 % aux États-Unis, et elle récolte à l’échelle mondiale 86 % des bénéfices du secteur. Une entreprise de cette taille, déjà directement en prise avec les telcos, disposerait d’un levier supplémentaire de pression en menaçant de rendre ses iPhone incompatibles avec eux. « L’eSIM sera contrôlée par Apple, qui pourra dicter quels opérateurs pourront être choisis, explique l’analyste Neil Shah à la chaîne CNBC. Apple pourra exiger une commission pour les activations sous eSIM », ainsi que pour les changements de forfait. Pour ne rien arranger, le soft power d’Apple fait que ses idées et ses choix sont rapidement repris dans toute l’industrie du smartphone, ce qui pourrait faire de l’eSIM un standard incontournable.

Apple à l’offensive

L’entrée en matière d’Apple a été très progressive. Le GSMA (GSM Alliance), consortium mondial des opérateurs télécoms, a pour la première fois évoqué la possibilité d’une eSIM en 2010. Celle-ci serait destinée aux appareils nécessitant une connectivité à distance mais où la carte SIM ne peut pas être aisément changée, comme dans les usines ou sur les feux de circulation. L’Union européenne, par exemple, a commencé en 2012 à faire intégrer des eSIM dans les voitures pour alerter les secours en cas d’accident. Mais dès 2010, selon Bloomberg, Apple a suggéré qu’il n’y a aucune raison de ne pas mettre des eSIM dans l’électronique grand public. L’entreprise a déposé son premier brevet eSIM en 2011.

En 2014, la firme de Cupertino lance ses premiers iPad dotés d’une connectivité. Ceux-ci fonctionnent avec une « Apple SIM », une carte physique qui laisse à l’utilisateur le soin de l’associer à l’opérateur qu’il souhaite. Il n’est officiellement pas question de chatouiller les telcos : pour justifier de l’absence de telles SIM spéciales sur les iPhone, Apple souligne que ces derniers sont souvent achetés chez les opérateurs, alors que les iPad se vendent surtout en Apple Store. « Je ne pense pas que vous irez à la boutique Verizon et demanderez ‘vous pouvez me connecter à AT&T ?’ », ironise Greg Joswiak, VP du marketing produits chez Apple.

En juillet 2015, le Financial Times révèle qu’Apple et Samsung sont en discussion avec le GSMA pour l’adoption du standard eSIM sur les appareils mobiles grand public. Cet effort se tourne vers les montres connectées, où le manque de place peut rendre difficile l’insertion d’un emplacement SIM physique. Le GSMA valide l’eSIM pour les montres début 2016, et la Samsung Gear S2 qui sort peu après est la première à disposer d’une eSIM dans sa version 3G. Elle est rejointe par l’Apple Watch Series 3 en 2017.

L’Apple Watch Series 3 est le premier produit Apple a être doté d’une eSIM.

Face à cela, les opérateurs disposent de leurs propres moyens de pression. En effet, aucun géant de la tech ne dispose pour l’instant de ses propres réseaux (à l’exception lointaine de Google Fiber et des ballons stratosphériques de son Project Loon, qui apporterait Internet aux régions reculées du globe). La Silicon Valley doit encore s’appuyer sur les infrastructures des opérateurs, qui peuvent tout à fait refuser de fournir leurs services s’ils estiment que cela les mettrait dans une position défavorable. Dans le cas de l’iPad doté d’une Apple SIM, AT&T a posé ses conditions : certes, l’utilisateur peut lier son Apple SIM à AT&T… mais il n’est alors pas possible de changer d’opérateur sans racheter une nouvelle Apple SIM.

Plus récemment, les télécoms auraient peut-être même tenté de lancer une contre-attaque coordonnée, en dépit des législations en vigueur. En fin 2017, un opérateur et un constructeur — dont les sources du New York Times suggèrent qu’il s’agit d’Apple — ont porté plainte auprès des autorités américaines pour pratiques anticoncurrentielles. À la précédente réunion du GSMA, Verizon et AT&T avaient discuté de nouveaux standards permettant de verrouiller un téléphone à un réseau opérateur donné. L’argument officiel est que ceux-ci permettraient de lutter contre le vol de smartphones ; de fait, ces mécanismes empêcheraient une eSIM de changer d’opérateur, ôtant tout son intérêt. L’enquête sur une éventuelle collusion est toujours en cours.

Seule une dizaine de pays dans le monde supportent actuellement l’eSIM, bien qu’on s’attende à ce que l’adoption du standard sur l’iPhone XS encourage cette tendance. Aujourd’hui, les relations sont en apparence cordiales entre Apple et les opérateurs : pour l’instant, l’eSIM de l’iPhone XS est supportée par les trois plus gros FAI américains. Comme l’explique l’analyste Ben Wood à CNBC, la menace pour les telcos reste limitée « tant qu’Apple continue à fournir un emplacement de carte SIM physique aux côtés de l’eSIM. Mais s’il décide en fin de compte de s’en débarrasser, cela aura des implications significatives ». D’autres marques mobiles adopteront-elles l’eSIM ? Apple supprimera-t-il la SIM physique des iPhone dans les années à venir ? Et que répondront les opérateurs ? L’affaire est à suivre.

Crédit photo de la une : Apple

Partager sur les réseaux sociaux