Alors que Microsoft a officialisé le rachat de GitHub, certains usagers de la plateforme pourraient être tentés de chercher des alternatives. Nous vous proposons dans cet article trois outils à considérer si vous êtes concernés.

Le 4 juin 2018, Microsoft a bouclé l’acquisition de GitHub, la principale plateforme collaborative pour le développement des logiciels en open source. La multinationale informatique a dépensé 7,5 milliards de dollars pour s’offrir la plateforme prisée des développeurs.

L’annonce de ce rachat a suscité une vague d’inquiétude dans la communauté des développeurs. Ils craignent principalement de voir Microsoft changer le concept du site, voire d’en dénaturer la dimension collaborative. En effet, le code source du nouvel acquéreur de GitHub n’est lui-même pas librement accessible ou discutable.

Bien que Microsoft se soit ouvert à une culture du libre, ce rachat pourrait motiver certains utilisateurs de GitHub à se tourner vers des alternatives. Dans cet article, nous vous proposons une petite sélection de plateformes qui ont un objectif commun : voir de façon claire le code source de différents types d’application, et permettre à n’importe qui d’intervenir facilement sur des projets.

Github

GitLab

Lancé en octobre 2011, GitLab Community Edition est probablement l’alternative à considérer en premier. Le logiciel libre, enregistré sous licence MIT — libre et open source — a d’ailleurs fait l’objet d’un hashtag #MovingToGitLab, invitant les utilisateurs  se tourner vers la concurrence, alors même que le rachat de GitHub n’était pas encore officiel.

Néanmoins, les développeurs et développeuses qui souhaitent quitter le giron de GitHub à cause de la présence de Microsoft seront intéressés de savoir que le site était préalablement herbergé sur la plateforme de cloud computing Microsoft Azure. En avril dernier, GitLab a annoncé qu’elle abandonnait cet hébergeur, et qu’elle optait finalement pour… Google Cloud Platform.

Pour le résumer sommairement, le principe de GitLab repose sur deux versions proposées aux développeurs. La première, dite « self-hosted », permet de télécharger l’outil à installer sur son propre serveur. La seconde est payante : elle permet de disposer des mêmes fonctionnalités, sans avoir à se préoccuper d’installer l’outil pour pouvoir l’utiliser.

GitLab

BitBucket

Acquis en 2010 par Atlassian, Bitbucket utilise le logiciel de gestion Git depuis 2011 — comme c’est le cas sur GitHub. Son principal avantage est qu’il plaira aux utilisateurs habitués aux outils de gestion de projet d’Atlassian.

Bien qu’il soit payant, son coût s’adapte en fonction de la taille des équipes constituées. Jusqu’à cinq utilisateurs regroupés dans une même team par mois, le service est gratuit. Comptez ensuite 2 dollars (environ 1,70 euros) pour la version standard, et 5 dollars (soit 4,30 euros) pour la version premium.

BitBucket

SourceForge

À côté de GitHub ou ses homologues précédemment cités, SourceForge fait presque office de dinosaure : la plateforme a été créée en 1999, afin d’héberger la gestion du développement de projets libres. Le site a la particularité de proposer un wiki.

Source Forge intègre un système de suivi des problèmes, et un répertoire de code intégré. Cependant, le site a essuyé quelques critiques, lui reprochant de ne pas être une plateforme toute à fait libre : en 2010, Source Forge expliquait que les adresses IP de certains pays n’avaient pas le droit d’utiliser les services du site — car les pays étaient sanctionnés par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC), un organisme de contrôle financier américain.

Source Forge

Partager sur les réseaux sociaux