Le groupe Daimler a choisi l'usine située à Hambach, en Moselle, pour produire une voiture électrique. L'investissement s'élèverait à 500 millions d'euros.

Mercedes-Benz nourrit d’immenses ambitions concernant la mobilité électrique. Depuis plusieurs mois, le groupe allemand n’a de cesse d’enchaîner les annonces, insistant sur sa volonté de tendre de plus en plus vers cette motorisation propre. Un positionnement qui suit la tendance et qui vise, un peu aussi, à faire oublier les accusations de tricherie sur les tests d’émission de gaz polluant.

Ainsi, Mercedes-Benz entend électrifier tous ses véhicules d’ici 2022. L’échéance tombe à 2020 pour la marque Smart, qui sera pour sa part uniquement électrique. Cette stratégie repose sur des investissements conséquents, lesquels atteindront dix milliards d’euros, ainsi qu’un milliard pour la production de batteries.

Mercedes investit en France

Dans un communiqué publié le 18 mai 2018, Mercedes-Benz nous apprend surtout que l’usine d’Hambach, située en France, va produire un « véhicule électrique compact  » intégrant la technologie EQ en plus de la Smart ForTwo. Ce choix s’accompagne d’un investissement de 500 millions d’euros dans le site ouvrier, qui prévoit une augmentation du travail hebdomadaire de 35 à 39 heures et une (logique) adaptation salariale.

Si Mercedes-Benz fait appel à sa structure à Hambach, ce n’est pas pour rien : là-bas, le site possède une certaine expertise de la motorisation électrique puisque des ForTwo EQ coupé et des ForTwo EQ cabrio sortent de ses lignes de production depuis plusieurs mois déjà. 

«  L’usine smart à Hambach se réjouit de produire son premier modèle Mercedes-Benz. Ce nouveau projet vient récompenser l’excellence de notre savoir-faire et la forte motivation de nos coéquipiers  », se réjouit Serge Siebert, président de Smart France et responsable du site de production à Hambach. 

L’identité du véhicule reste pour le moment inconnue mais on sait qu’il ne s’agira pas du SUV compact EQC, aperçu en test récemment. La fabrication de ce modèle sera effectivement lancée courant 2019 à Brême.

Partager sur les réseaux sociaux