Si Tesla parvient à une cadence de 5 000 Model 3 produites par semaine, alors il pourra envisager l'assemblage d'une version à transmission intégrale. Au mieux, ce sera pour juillet.

Petit à petit, Tesla essaie de rassurer les nombreux acquéreurs de Model 3. Pré-commandée en masse, la voiture la plus abordable du constructeur américain a connu un démarrage poussif, marqué par des soucis de productions ayant empêché les livraisons de se dérouler à temps. Selon le dernier rapport financier, Tesla parvient désormais à assembler 2 000 Model 3 par semaine. Nous sommes encore loin de l’objectif fixé à 5 000 mais il reste maintenu pour le début du second semestre. On peut y voir un signe de confiance et, aussi, l’opportunité pour la firme de commencer à entrevoir la suite des opérations. Notamment la production de la version équipée d’une transmission intégrale (quatre roues motrices), comme l’a abordé le CEO de l’entreprise, Elon Musk, sur Twitter.

Les premières Model 4 AWD peut-être cet été

Revigoré par des résultats positifs et un taux de satisfaction affiché maximal, Tesla peut donc se remettre à faire des promesses. Elon Musk a ainsi répondu à un client, en attente de réception de sa Model 3 AWD (all-wheel drive), revendiquant non pas un mais deux moteurs (installés sur chacun des essieux). Il lui a répondu de manière très pragmatique : comme Tesla attend de passer ce fameux cap des 5 000 avant d’ajouter de la complexité à la gamme, les Model 3 AWD ne sortiront pas des usines avant le mois de juillet, soit au tout début du troisième trimestre. Et ces projections ont évidemment lieu dans le « meilleur des scénarios ».

En d’autres termes, les déclinaisons plus ambitieuses des Model 3 restent étroitement liées à la production des modèles standards. Malgré son départ manqué, la Model 3 ne doit pas louper la course d’endurance qu’elle est en train de courir. Sans quoi, la sortie de route pourra être fatale. Surtout avec uniquement deux roues motrices.

 

Partager sur les réseaux sociaux