La journée mondiale de la sauvegarde a lieu le 31 mars. L’occasion de vérifier si vous appliquez les bonnes pratiques en la matière. Par exemple, ne pas compter que sur le cloud pour conserver vos fichiers et vos données.

Comme chaque année, la journée mondiale de la sauvegarde a lieu le 31 mars. On ignore si cette échéance vous incitera à prendre le taureau par les cornes et à effectuer (enfin !) cette sauvegarde que vous repoussez sans cesse. Sans doute connaissez-vous déjà les bonnes pratiques, à défaut de les appliquer. Elles ne changent pas vraiment d’une année sur l’autre.

Pour 2024, il convient cependant de faire un rappel d’utilité publique : si vous utilisez le cloud dans votre routine de sauvegarde (par exemple en passant par Google Drive), veillez à ne pas compter exclusivement dessus pour sécuriser vos fichiers et vos dossiers. En effet, vous connaissez certainement le proverbe qui invite à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Source : Google
Vos fichiers à portée de main, tant que votre compte est accessible. // Source : Google

Surtout, si ce n’est pas votre panier. Le cloud est fondamentalement le panier de quelqu’un d’autre. Du moins, c’est vrai dans la majorité des cas : quand les internautes utilisent du cloud, ils font surtout appel à un prestataire pour stocker du contenu (si c’est Drive, il appartient à Google). De fait, vous vous placez à la merci d’un tiers.

Or les choses peuvent mal tourner parfois : piratage informatique, incident sur site qui efface vos contenus ou encore fermeture du compte sans crier gare. C’est la mésaventure relatée fin février par une internaute, quand son accès à Drive a été clôturé : « Il y a de fortes chances que je perde des centaines de Go de photos, de données importantes, etc. »

Cette péripétie est relativement rare (sinon, Drive ne serait pas utilisé aussi massivement, car le service serait trop risqué), mais il n’est pas impossible. Il peut s’agir d’une clôture de compte légitime (il existe des situations dans lesquelles Google peut être amené à intervenir) ou bien d’une erreur. Dans les deux cas, cela reste un problème.

Utilisez plusieurs paniers pour stocker vos œufs

Il ne s’agit pas de dire qu’il faille absolument renoncer à Google Drive. Si vous vous en servez pour conserver des fichiers, c’est toujours mieux que de ne prendre aucune disposition. Cependant, cette journée mondiale peut être une bonne occasion de se dire qu’il serait temps de multiplier les paniers, pour dupliquer vos œufs un peu partout.

En la matière, il y a une stratégie relativement célèbre, appelée règle 3-2-1 : il s’agit d’avoir trois sauvegardes sur deux supports différents, dont un se trouve loin de vous. Par exemple, cela peut être une sauvegarde sur votre PC (sur un disque dur ou un SSD), une autre sur un support externe (clé USB, disque dur) et, enfin, la dernière dans le cloud.

Cette approche réduit significativement le risque de perdre des données : même si votre ordinateur plante, vous aurez encore le cloud et le support externe. Si vous perdez votre clé USB, vous avez encore deux options. Et si Google Drive (ou n’importe quel prestataire de cloud) ferme sans crier gare, vous n’êtes pas davantage en difficulté.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !