Les navigateurs web qui concurrencent Safari sur iOS connaissent un boom. La raison ? Le Digital Markets Act (DMA) est entré en vigueur et force Apple à desserrer sa poigne sur iOS. Les internautes font le choix de Brave, Firefox ou encore Opera. Mais des interrogations perdurent.

Voilà pratiquement deux semaines que le Digital Markets Act (DMA) est entré en vigueur dans l’Union européenne et ses effets sont déjà visibles. Dans le domaine des navigateurs web, par exemple, quelques éditeurs sont en train de tirer leur épingle du jeu. Opera a ainsi observé une explosion des téléchargements entre le 5 et 7 mars 2024.

Et ce n’est pas un euphémisme. Dans un communiqué partagé le 18 mars, l’entreprise norvégienne signale une hausse de 164 % du nombre d’utilisateurs sur iOS en Europe — là où s’applique le DMA. La société considère que ce pic est forcément lié au texte européen, devenu réalité le 7 mars.

La société donne quelques exemples de grands pays où les pics sont hauts, voire spectaculaires. En Allemagne, le bond atteint 56 %. En Pologne, 68 %. L’Espagne fait mieux avec une hausse de 143 %. Mais c’est la France qui apparaît la championne toutes catégories, avec une progression de 402 %.

Firefox et Brave sont aussi en plein boom sur iOS

Les observations d’Opera ne sont pas un cas isolé. Les autres navigateurs qui concurrencent Safari (le navigateur web maison d’Apple) sur iOS vivent aussi leur meilleure période en Europe, en témoignent les commentaires ces jours-ci de Brave et Firefox. Eux aussi connaissent une accélération inédite sur iOS.

Sur X (ex-Twitter), Brave a déclaré le 12 mars que pendant trop longtemps Apple et Google ont rendu difficile le changement de navigateur par défaut, « parce que c’est un moyen puissant de bloquer les concurrents ». À l’appui de sa déclaration, la société a partagé un graphique montrant le volume de nouvelles installations de Brave depuis début mars.

Source : Capture d'écran
La situation chez Brave. // Source : Capture d’écran

Firefox aussi est dans une belle dynamique, avec une hausse de 50 % en Allemagne et pratiquement 30 % en France. Un porte-parole a déclaré à The Verge que « la récente mise en œuvre de l’écran de choix de la DMA est une étape prometteuse vers une véritable concurrence en ligne dans l’UE… même si la conformité [d’Apple] n’est pas idéale ».

Quel effet à long terme pour le DMA sur iOS ?

Dans le cadre du DMA, lors du premier démarrage de Safari, les internautes provenant de l’UE ont désormais le choix de changer de navigateur web — comme sur Windows ou Android. Il s’agit, pour la Commission européenne, d’empêcher Apple d’imposer Safari ou de rendre le changement difficile. Le public doit pouvoir transitionner simplement.

Le cadre mis en place prévoit un écran de sélection dans lequel la position de chaque navigateur est aléatoire : outre Safari, Firefox, Opera et Brave, on retrouve aussi Chrome, DuckDuckGo, Ecosia, Edge, Qwant, Onion Browser, Aloha et Private Browser Deluxe. Cette évolution est arrivée avec la mise à jour iOS 17.4.

Source : Capture d'écran
Un choix parmi une dizaine. // Source : Capture d’écran

Il reste maintenant à savoir si les internautes qui ont opté pour des solutions concurrentes de Safari demeurent satisfaits de leur choix et s’y tiennent. Ou si à l’inverse, ils reviennent sur le navigateur web maison d’Apple. Il faudra sans doute plusieurs semaines à plusieurs mois pour voir la dynamique du DMA à long terme.

Autre interrogation : est-ce que les internautes ont bien saisi les raisons pour lesquelles cet écran de choix du navigateur web est désormais sur iOS ? Savent-ils ce qu’est le DMA ? Et surtout, ont-ils compris vraiment ce qu’est un navigateur web et son rôle ? La question surprendra les technophiles, mais l’illectronisme n’est pas du tout à sous-estimer.

Source : Numerama

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !