Un outil permet de voir quels sont les comptes X (ex-Twitter) qui ont reçu le plus de Community Notes. Ces Notes, qui ont été pensées comme une façon de modérer les utilisateurs et utilisatrices, et d’empêcher la propagation de fake news, sont cependant des outils controversés.

Depuis le 31 décembre 2023, il est désormais possible de savoir qui sont les utilisateurs de X (anciennement Twitter) qui reçoivent le plus de Community Notes. C’est @Elipsoid, un utilisateur du réseau social, qui explique avoir mis au point l’outil. Ce dernier permet de voir combien de notes les utilisateurs ont reçu, sous la forme d’un classement des internautes les plus fact-checkés — et il illustre parfaitement les problèmes que rencontrent ces Community Notes. Vous pouvez accéder au site ici.

Que sont les Community Notes ?

Les Community Notes sont, comme leur nom l’indique, des notes qui apparaissent sous certains messages sur X. Les notes prennent la forme de petits encadrés, comme lors d’un retweet, et ils sont créés par les utilisateurs eux-mêmes, dans le but d’apporter des précisions, du contexte, ou pour fact-checker les propos du tweet.

Ils fonctionnent sur la base de la collaboration, sur une idée inspirée de la gestion de Wikipédia. Tous les utilisateurs de X ne peuvent pas écrire de Note : seuls sont qui ont déjà aidé la communauté, en évaluant l’utilité d’autres Notes, peuvent à leur tour en rédiger.

Une fois une Note écrite, elle n’apparait pas tout de suite sous le post visé. Comme l’explique le site dédié aux Community Note, « les notes sont ensuite évaluées par d’autres contributeurs en fonction de leur utilité. Les notes ne sont affichées sur les messages que si elles sont jugées utiles par un nombre suffisant de personnes de différents horizons. »

Une fois qu’une Note est jugée utile, elle apparait sous le post visé. Il n’est pas possible pour l’auteur d’un tweet ayant reçu une Community Note de la supprimer — il est seulement possible de demander un examen aux équipes de X.

Un exemple de Community Note sous un post d'Elon Musk // Source : Capture d'écran Numerama
Un exemple de Community Note sous un post d’Elon Musk

Pourquoi les Community Notes posent-elles problème ?

En 2023, les utilisateurs de X (ex-Twitter) ont pu voir de plus en plus de Community Notes apparaître sous certains tweets, en partie à cause d’Elon Musk. Le patron du réseau social a en effet vanté leur efficacité, notamment pour combattre les fake news — et s’est servi de leur existence pour justifier la suppression du service de modération. Ce n’est cependant pas Elon Musk qui a créé les Notes.

Le système existe depuis 2021, et portait tout d’abord le nom de « birdwatch », avant d’être renommé en novembre 2022, comme le rappelle BFMTV. Les Notes, qui existaient tout d’abord seulement en anglais, se sont depuis déployées dans plusieurs autres langues, dont le français. Et, avec leur démocratisation, plusieurs problèmes sont apparus.

Comme l’ont relevé plusieurs médias, les Notes ne permettraient pas de lutter efficacement contre les fake news. Les failles dans leur fonctionnement ont particulièrement été mises en avant par le renouveau du conflit israélo-palestinien : plusieurs Notes étaient incorrectes, amplifiant encore la désinformation sur la plateforme.

Les Community Notes laisseraient également transparaitre des « biais idéologiques », comme l’écrit Le Parisien. FranceInfo cite également les recherches du consultant Florent Lefebvre, qui montrent que les Notes viseraient plus les messages de gauche. « Les comptes officiellement ‘à gauche’ en reçoivent manifestement beaucoup plus. Les cadres importants du Rassemblement national ou de Reconquête sont apparemment moins ciblés, contrairement à LFI ou EELV », explique-t-il.

Il note ainsi un « acharnement sur Sandrine Rousseau ». La députée écologique, dont les messages sur Twitter récoltent de nombreuses réactions, serait disproportionnellement touchée par le phénomène. Comme FranceInfo le relève, certaines Notes serviraient notamment à remettre en doute le dérèglement climatique, un sujet que Sandrine Rousseau aborde régulièrement. Elle s’en était d’ailleurs plainte sur X en août 2023, dénonçant le fait que ses publications étaient systématiquement visées — avant que son tweet ne reçoive également une Community Note.

Le tweet de Sandrine Rousseau dénonçant son harcèlement à travers les COmmunity Note a lui-même reçu une note // Source : Capture d'écran Numerama
Le tweet de Sandrine Rousseau dénonçant son harcèlement à travers les COmmunity Note a lui-même reçu une note // Source : Capture d’écran Numerama

Reste que les Notes sont utiles dans un grand nombre de cas. Les internautes s’en servent régulièrement de manière appropriée, apportant du contexte là où il le faut, et corrigeant des informations erronées. On le voit notamment pour certaines publicités mensongères, ou sous des vidéos complotistes.

Qu’apprend-on avec ce classement ?

Le classement confirme les analyses réalisées jusqu’à présent : les Notes sont bien utilisées pour fact-checker certains types de comptes, mais viseraient également d’autres personnalités. Le top 5 du classement comprend ainsi deux comptes d’information ultra-rapides relayant des informations souvent erronées (le média brésilien Choquei et le média anglophone Daily Loud), et deux comptes relayant des propos complotistes. Le dernier compte concerné est celui d’un blogueur malaisien d’extrême droite.

On trouve plusieurs comptes français dans le classement. Le compte d’information ultra-rapide et controversé Cerfia est à la 41e place, juste avant BFMTV, à la 42e. L’homme politique d’extrême droite Florian Philippot est à la 53e place, et Sandrine Rousseau à la 140e.

Le classement apporte par ailleurs plusieurs données intéressantes. On apprend ainsi qu’Elon Musk figure au 28e rang des comptes ayant reçu le plus de Notes, et que les deux comptes X de la représentante américaine complotiste Marjorie Taylor Greene, son compte officiel et son compte personnel, figurent dans la liste.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.