Bunch Comics va commercialiser un manga dont les dessins ont été à 100 % produits via une intelligence artificielle : Midjourney.

Vers des mangas illustrés par IA dans les librairies ? C’est l’annonce de Bunch Comics, début 2023, qui en publiera en mars prochain, au Japon, le premier du genre. Voilà qui ravive la question : quelle place pour l’intelligence artificielle dans l’art ?

Extrait du manga Peach John créé avec Midjourney. // Source : Rootport
Extrait du manga Peach John créé avec Midjourney. // Source : Rootport

Si certains algorithmes peuvent être de précieux outils, notamment intégrés à des logiciels comme Photoshop, les programmes générant des productions entières sont beaucoup plus contestées. Dans le domaine de l’illustration, en particulier, Midjourney ou encore Stable Diffusion permettent de produire des images à partir d’une simple description.

L’usage de ces IA est problématique à plusieurs points de vue : les artistes sont nombreux à rappeler qu’il s’agit d’images, non pas d’art, tout en alertant sur la menace que fait peser ces algorithmes sur leurs métiers déjà précaires. L’inquiétude est étayée, entre autres, par l’utilisation de Midjourney par plusieurs maisons d’édition françaises pour réaliser des couvertures de livres.

Les images du manga viennent de Midjourney

L’annonce de Bunch Comics risque de mettre d’autant plus le feu aux poudres. La maison d’édition japonaise a annoncé la commercialisation d’un manga dont les images ont été entièrement produites via Midjourney. Le créateur, Rootport, est à l’origine du scénario et de la production de ces images, qu’il a mis en cohérence autour de sa trame.

Il a commencé à publier son manga, planche après planche, durant l’été 2022, sur le web. Le projet, dans l’air du temps en pleine explosion de ces IA, est rapidement devenu viral jusqu’à attirer l’attention de Bunch Comics pour en publier la version finale.

Le manga en lui-même réinvente le personnage Momotarō, issu du folklore japonais, renommé Peach John dans cette nouvelle version. L’intrigue commence avec un couple, dirigeant un club de strip-tease dans un néo-Okayama, qui découvre un jeune garçon sur le pas de leur porte. Celui-ci est amnésique, mais possède d’étranges données implantées dans sa hanche. Le manga s’inscrit pleinement dans le genre cyberpunk.

On ne peut s’empêcher de déceler toute l’ironie d’un roman cyberpunk — genre littéraire questionnant les dérives d’une société ultra-technologique — mobilisant une IA pour illustrer son scénario.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !