Une semaine après que la Corée en a fait la demande, Interpol a émis une notice rouge pour Do Kwon. Il est officiellement recherché par les services de police.

Do Kwon, le fondateur des crypto-monnaies Terra et Luna, est désormais recherché par Interpol. L’organisation internationale de police a émis une notice rouge à son égard, a appris le 25 septembre 2022 Bloomberg. La notice a été émise à la demande de la Corée du Sud, où Do Kwon est sous le coup d’une enquête et où il est accusé d’avoir commis plusieurs crimes financiers.

Une notice rouge n’est pas un mandat d’arrêt international, mais elle est émise pour des « fugitifs recherchés dans le cadre de poursuites ou afin qu’ils purgent leur peine », comme l’explique le site d’Interpol. Une notice rouge consiste à demander aux services de police du monde entier de localiser et d’arrêter les personnes concernées. Do Kwon est donc dorénavant une personne recherchée par les services de police partout dans le monde, et il est supposément en cavale.

Le crash de Terra a entraîné la perte de 50 milliards de dollars // Source : Numerama
Le crash de Terra a entraîné la perte de 50 milliards de dollars // Source : Numerama

Do Kwon est soupçonné de crimes financiers

Do Kwon est recherché pour son implication dans l’écosystème de crypto-monnaie Terra. Il s’agissait d’un projet de stablecoin algorithmique, qui était indexé sur le dollar et qui garantissait le prix de la crypto grâce à un système mathématique. La cryptomonnaie a rencontré un grand succès, et a pendant un temps atteint une valorisation de plusieurs milliards de dollars — jusqu’à ce qu’un mouvement de panique ne fasse s’écrouler tout l’écosystème de Terra.

La crypto-monnaie a par la suite perdu toute valeur, entraînant la perte de plus de 60 milliards de dollars. Terra a également emporté avec elle le très puissant fonds d’investissement Three Arrows Capital, qui a déclaré faillite. Bien que Do Kwon ait tenté de relancer un projet similaire pour éponger les pertes accumulées, ce dernier n’a jamais décollé et n’a jamais permis de dégager de l’argent.

Suite au krach de Terra, la Corée du sud a engagé des poursuites contre Do Kwon, notamment pour suspicions de crimes financiers. Le procureur de Séoul, en charge de l’enquête, a expliqué à Bloomberg que Do Kwon ne serait pas montré coopératif lors de l’enquête, et qu’il avait quitté le pays en s’installant à Singapour, ce qui a motivé leur décision de demander une notice rouge à Interpol. Singapour a depuis signalé que Do Kwon avait quitté la Cité-État — et sa localisation n’est pas connue des services de police.