La Russie et les États-Unis ont fait savoir que les missions clés de l’ISS restent maintenues malgré la situation sur Terre. Ainsi, la Russie assurera bien le retour d’un astronaute américain avec un vaisseau Soyouz.

Faire comme si tout était normal sur Terre. Voilà en quelque sorte l’attitude que cherche à adopter l’agence spatiale américaine, malgré l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la cascade de sanctions prises par l’Occident contre Moscou. Et pour la Nasa, cela signifie continuer à travailler en bonne intelligence avec son partenaire russe, Roscosmos.

Ces dernières semaines ont pourtant laissé craindre une dégradation dans les rapports entre les deux agences spatiales. Les conséquences de la guerre entre la Russie et l’Ukraine ont même posé la question de l’avenir de la Station spatiale internationale (ISS), puisque le patron de Roscosmos, Dmitri Rogozine, a semblé mettre le destin de la station dans la balance.

Après tout, on a appris que la Russie ne « coopérera pas avec l’Allemagne » dans l’ISS à cause de la guerre en Ukraine, puisque Berlin a pris fait et cause pour Kiev. Mais si le quotidien de la station est bousculé, l’équipage à bord a su rester professionnel. Et les missions les plus critiques sont maintenues, à commencer par les rotations de personnel.

Le vol retour d’un Américain est maintenu

Ainsi, l’Américain Mark T. Vande Hei est toujours sur la liste de vol du vaisseau russe Soyouz qui doit rentrer sur Terre le 30 mars, avec à bord deux collègues russes, les cosmonautes Piotr Doubrov et Anton Chkaplerov. Sa place n’a pas été annulée malgré les tensions croissantes entre Washington et Moscou, a fait savoir la Nasa dans un point presse le 14 mars.

« Je peux vous le dire avec certitude : Mark rentre à la maison sur ce Soyouz », a ainsi déclaré Joel Montalbano, le responsable du programme de l’ISS à la Nasa, cité par le site spécialisé Space.com. « Nous sommes en communication avec nos collègues russes ; il n’y a aucun flou à ce sujet ». Le 30 mars, Mark Vande Hei aura bouclé son 355ème jour d’affilée dans l’espace.

Du côté russe également, on a voulu préciser qu’il n’y a aucun problème. Ainsi, « l’astronaute américain Mark Vande Hei rentrera chez lui à bord du vaisseau Soyouz MS-19 avec les Russes Anton Shkaplerov et Piotr Dubrov le 30 mars », a fait savoir Roscosmos, dans un communiqué cité par l’agence russe TASS et repris par The Verge.

soyouz ms 18 ISS station spatiale
Un vaisseau Soyuz attaché à l’ISS. // Source : Nasa Johnson

Le sort de l’astronaute américain n’a jamais été sérieusement remis en cause, même si certains signaux se sont avérés douteux. En mars, une autre agence de presse russe, RIA Novosti, a partagé une vidéo réalisée par Roscosmos dans laquelle les cosmonautes disent justement adieu à Mark Vande Hei sur l’ISS, avant de partir et de détacher le segment russe du reste de l’ISS.

Toujours selon TASS, Roscosmos a tenu à faire savoir que « sa fiabilité en tant que partenaire » demeurait intacte. La bonne entente dans l’ISS est confirmée par Joel Montalbano : « Nous ne voyons aucun impact de ce qui se passe de notre côté. Nous sommes conscients de ce qui se passe, mais nous sommes en mesure de faire notre travail pour poursuivre les opérations. »

L’équipage est inévitablement au courant de ce qui se passe sur Terre, mais cela n’a pas d’incidence très concrète sur le bon fonctionnement de la station et les rapports entre astronautes. « Ils continuent de travailler […] et il n’y a vraiment aucune tension au sein de l’équipe. Ils ont été formés pour faire un travail, et ils sont là-haut en train de faire ce travail », a assuré le responsable de la Nasa.

« Ils ont été formés pour faire un travail, et ils sont là-haut en train de faire ce travail »

Joel Montalbano

L’ISS est actuellement fréquentée par sept personnes : quatre Américains, deux Russes et un Allemand. Trois d’entre eux (deux Russes et un Américain) partiront le 30 mars. Tous sont partis avant le déclenchement des hostilités sur Terre pour une mission de longue durée dans l’espace. L’ISS est capable d’accueillir ponctuellement davantage de monde, selon l’agenda des rotations.

L’équipage sera partiellement renouvelé à partir du 18 mars, avec la mission Soyouz MS-21, qui doit transporter trois cosmonautes russes. Cette mission sera suivie un peu plus tard par un vol américain, le 15 avril au plus tôt. Affrété par SpaceX, il transportera trois Américains pour le compte de la Nasa et une Italienne au profit de l’Agence spatiale européenne.

Le retour des deux cosmonautes et de l’astronaute doit se faire selon une trajectoire qui amènera la capsule Soyouz à atterrir dans une zone inhabitée du Kazakhstan, un pays proche de la Russie. Se posera alors la question de savoir de quelle façon Mark Vande Hei rentrera ensuite aux USA, car de nombreux pays occidentaux ont fermé leur espace aérien à la Russie.