Auditionné par le Sénat, Olivier Véran a livré trois critères conditionnant, selon lui, la levée progressive des restrictions les plus importantes telles que le pass vaccinal.

Il y a quelques jours, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a évoqué pour la première fois la possible levée des restrictions sanitaires actuelles contre le coronavirus, notamment le pass vaccinal et le masque en intérieur. Mais lors de cette prise de parole, le ministre restait assez flou sur les conditions d’une telle étape.

Auditionné par le Sénat ce 22 février 2022, Olivier Véran a finalement livré quelques critères chiffrés sur la situation épidémique qui permettrait — selon lui et l’exécutif — une levée de ce type de restrictions.

véran-publicsenat_22fév22
Olivier Véran auditionné par le Sénat le 22 février 2022. // Source : Public Sénat

Taux d’incidence, tension hospitalière…

Les trois critères évoqués par Olivier Véran :

  • 1 500 patients en réanimation. Selon le ministre « on y sera dans 2 ou 3 semaines », c’est-à-dire d’ici le milieu ou la fin du mois de mars 2022. Le ministre en appelle, sur ce sujet, à ne pas oublier que le coronavirus reste une maladie qui fait encore actuellement plus de 200 morts chaque jour.
  • Un taux d’incidence qu’Olivier Véran décrit comme « faible » à 300-500 maximum : le taux d’incidence correspond à la proportion de personnes contaminées pour 100 000 habitants. Le ministre estime que, là encore, ces chiffres seront atteints d’ici 2 à 3 semaines. Notons que le chiffre associé à ce critère demeure assez élevé malgré le qualificatif « faible » utilisé par le ministre.
  • Un facteur R au-dessous de 1, « durablement ». Cela fait référence au taux de reproduction : le nombre de personnes qu’une personne infectée est susceptible de contaminer (si le facteur est 2, une personne infectée en contamine deux en moyenne, etc.).

En matière de calendrier, l’exécutif suit pour l’instant un rythme calibré toutes les deux semaines. La prochaine levée de certaines restrictions aura lieu le 28 février, soit 15 jours après celle du 16 février. Il faut donc s’attendre à une nouvelle salve autour de 14 mars. Mais, étant donné les critères fixés par le ministre de la Santé, il n’est pas possible à l’heure actuelle de connaître l’ampleur de ce nouvel allègement : il est peu probable que le pass vaccinal soit entièrement levée en une seule phase.

Depuis quelques jours, le discours d’Olivier Véran a quelque peu évolué, non sans créer quelques remous dans la communauté scientifique. La possibilité de lever totalement l’obligation du port du masque en intérieur, notamment, n’est pas une décision qui est cohérente avec les connaissances médicales, ce qui n’a pas manqué d’être relevés par de nombreux médecins.