L’observatoire James Webb se déplie peu à peu dans le vide spatial. Son déploiement est surveillé étroitement par la Nasa. Mais comment l’agence s’y prend-elle, puisque le JWST n’a pas de caméras ?

Le dépliage du télescope James Webb continue dans l’espace, désormais à plus d’un million de kilomètres de notre planète (soit 2/3 de la distance qu’il doit parcourir, 1,5 million de kilomètres). La Nasa suit de très près le déploiement des différentes structures de l’observatoire : le bouclier thermique, le miroir secondaire et, bientôt, le miroir primaire doré. Cependant, elle ne diffuse aucune image de ce déploiement.

L’absence de caméra pour filmer l’observatoire est explicable : il n’est notamment pas possible de filmer du côté des miroirs, car cette face du JWST est plongée dans le noir. Quant à l’autre côté, orienté vers le Soleil sous le bouclier, la luminosité est telle que des caméras auraient des soucis d’éblouissement et de contraste. Par ailleurs, intégrer des caméras sur le James Webb aurait ajouté de nombreux défis lors du déploiement (des câbles supplémentaires, des risques de vibrations), alors qu’il est déjà particulièrement minutieux. Mais alors, comment fait l’agence pour suivre le déploiement du James Webb, s’il n’y a pas de contrôle visuel ?

L’observatoire est truffé de capteurs

L’agence spatiale a répondu sur Twitter le 6 janvier 2022, sur le compte @NASAWebb. « Comment savons-nous qu’un déploiement est réussi ? Notre vaisseau spatial est doté de capteurs mécaniques, thermiques et électriques, qui fournissent des données télémétriques à nos équipes au sol. Le centre de contrôle de mission @SpaceTelescope [ndlr : le Space Telescope Science Institute, qui gère la recherche menée avec Hubble et le JWST] dispose également d’un outil de visualisation spécial pour vérifier l’état du télescope. »

On a pu voir à quoi ressemblait cet outil de visualisation lors du suivi en direct du déploiement du pare-soleil ou du miroir secondaire.

jwst james webb deploiement visualisation
Visualisation du JWST, pendant le déploiement du miroir secondaire. // Source : Capture d’écran YouTube Nasa

À défaut de pouvoir véritablement voir le télescope se déplier dans son environnement, l’espace, vous pouvez suivre sa position en temps réel, à l’aide de ce site de la Nasa. L’outil permet aussi d’anticiper les prochaines étapes du déploiement et de voir qu’il ne sera pas tout à fait terminé avec l’ouverture du grand miroir segmenté. Il faudra encore 5 mois pour refroidir le JWST, aligner correctement les miroirs et calibrer les instruments scientifiques.

L’observatoire devra s’insérer en orbite autour du point de Lagrange L2, où il sera protégé de la chaleur émise par le Soleil, la Terre et la Lune — en plus de l’action de son bouclier thermique. À 1,5 million de kilomètres, il sera donc impossible de le réparer.