Le télescope spatial James Webb a déployé son miroir secondaire avec succès.

C’est une nouvelle étape dans la préparation du télescope spatial James Webb. Le 5 janvier, l’agence spatiale américaine a annoncé que le miroir secondaire a été sorti avec succès. Les équipes de la Nasa ont ensuite vérifié que le trépied qui le supporte est correctement verrouillé, avant de passer à l’étape d’après. C’est là encore une étape franchie avec succès.

Le miroir secondaire de James Webb est prêt

Le miroir secondaire est le miroir qui récupère la lumière qui a été réfléchie par le miroir primaire (qui doit encore être déplié dans le cas de James Webb). Celui-ci la renvoie à son tour au miroir tertiaire, puis celui-ci redirige le rayonnement vers un dernier élément optique, le miroir de pointage fin mobile. Le miroir secondaire fait face au miroir primaire, auquel il est « suspendu ».

Le miroir secondaire qu’embarque l’observatoire a un diamètre de petite taille (0,74 mètre, soit 74 centimètres) et qui est bombé — c’est un miroir convexe, c’est-à-dire qu’il est légèrement arrondi vers l’extérieur. Il permet de focaliser la lumière captée par le miroir primaire vers le miroir tertiaire et peut ajuster son orientation grâce à six actionneurs.

miroir james webb
Le reflet du miroir secondaire dans le miroir primaire .Et autour, les poutrelles qui soutiennent la structure. // Source : Nasa

La surface des miroirs est recouverte d’une fine couche d’or, d’une épaisseur de 100 nanomètres. C’est ce qui lui donne sa teinte dorée si élégante. En tout, l’or pèse 48,25 grammes — une balle de golf. Cet or, qui est lui-même recouvert d’une mince couche de verre pour le protéger, améliore les propriétés optiques de l’observatoire, notamment dans l’infrarouge.

La mise en place du miroir secondaire est la deuxième grande étape dans la mise en place du télescope spatial. Juste avant, il achevait le dépliement et la tension de son bouclier thermique, composé de cinq couches pour le protéger au maximum de la lumière solaire. Ce bouclier utilise un polymère spécial, qui isole extrêmement bien l’observatoire du rayonnement.

La dernière grande étape consiste à déployer le miroir primaire et sa multitude de miroirs segmentés. Elle commencera dans très peu de temps — dès cette semaine — et s’étalera sur plusieurs jours, dans la mesure où il y a en tout dix-huit pièces à installer. L’arrivée du télescope à sa destination est prévue pour fin janvier. Le début de sa carrière opérationnelle débutera mi-2022.