New Horizons s'éloigne de plus en plus du Soleil, mais les scientifiques continuent de communiquer avec la sonde. Il faut désormais environ 7 heures pour lui envoyer des instructions.

New Horizons continue de s’éloigner du Soleil. La sonde est désormais à une distance de 51 unités astronomiques de notre planète (soit plus de 7 milliards de kilomètres), a indiqué Alice Bowman, responsable des opérations de la mission New Horizons, sur Twitter le 25 septembre 2021. « Ce matin, nous transmettons le prochain ensemble de commandes vers New Horizons, écrit la scientifique. Le vaisseau spatial est à 51 unités astronomiques de la Terre. Il faudra un peu plus de 7 heures pour que nos commandes l’atteignent. » À titre de comparaison, lorsque New Horizons a survolé Pluton en 2015, il fallait 4h30 pour lui envoyer des commandes.

Le schéma suivant représente la trajectoire prévue de la mission dans le système solaire. La partie représentée en vert correspond au trajet déjà parcouru par New Horizons et la partie en rouge à son futur itinéraire. On peut ainsi mieux se rendre compte de la distance du vaisseau par rapport à la Terre, ainsi que par rapport à Arrokoth — l’objet le plus lointain exploré par l’humanité, à 43 unités astronomiques du Soleil (plus de 6 milliards de kilomètres). New Horizons est maintenant si loin qu’elle ne voit plus les étoiles comme nous.

Trajectoire de New Horizons dans le système solaire. // Source : Capture d’écran Nasa/New Horizons

New Horizons a été lancé dans l’espace le 19 janvier 2006, afin d’entamer un long voyage vers son objectif, la planète naine Pluton et la ceinture de Kuiper (une zone du système solaire située au-delà de l’orbite de Neptune). La mission a pu survoler Pluton le 14 juillet 2015, avant de poursuivre son exploration des profondeurs du système solaire. Le 1er janvier 2019, New Horizons a survolé l’objet Arrokoth. Pouvoir s’approcher des objets de la ceinture de Kuiper est essentiel pour comprendre la formation et l’évolution du système solaire : cette ceinture est en quelque sorte un « laboratoire » permettant d’étudier le système tel qu’il était il y a 4,5 milliards d’années.

Comment communique-t-on avec New Horizons ?

Les commandes transmises à New Horizons sont préparées avec soin. Elles sont d’abord testées sur un simulateur au sein du Laboratoire de physique appliquée (APL) de l’université Johns-Hopkins, puis envoyées au Deep Space Network (DSN), le réseau de la Nasa qui assure les communications avec ses missions interplanétaires. On peut voir sur ce site, en temps réel, quelles stations du DSN sont en contact avec New Horizons ou d’autres missions.

Au cours de son voyage à sens unique dans le système solaire, la sonde reçoit les commandes et transmet ses données à l’aide son antenne parabolique, de 2,1 mètres de diamètre. L’un des défis de la mission New Horizons est le débit assez faible auquel peuvent être transmisses les données du vaisseau vers la Terre. « Lors du survol de Jupiter en février 2007, New Horizons a envoyé des données vers la Terre à environ 38 kilobits par seconde, ce qui est légèrement plus lent que la vitesse de transmission ne l’était pour les modems acoustiques qui fonctionnaient sur des lignes téléphoniques », explique la Nasa.

Pour le survol de Pluton, le débit d’envoi des données vers la Terre était de 2 000 bits par seconde : il a fallu attendre fin 2016 pour pouvoir supprimer toutes les données de ce survol sur les enregistreurs de New Horizons.

Quant aux commandes envoyées le 25 septembre dernier, elles ont été émises avec un débit de 500 bits par seconde, a précisé Alice Bowman. Vous puivez suivre la position de New Horizons dans le système solaire via ce site de la Nasa et voir également où se trouvait chaque planète lorsque la sonde est passée dans ses environs.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo