Les premiers échantillons de sol martien récupérés par Perseverance sont riches en information d'après les premiers retours de la Nasa. L'agence spatiale espère en apprendre plus sur l'histoire de la planète avec ces découvertes.

Après un premier loupé début aout, la Nasa est enfin parvenue à collecter des échantillons de roche martienne grâce à son robot Perseverance. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenu le 10 septembre 2021, l’agence spatiale américaine est revenue sur le déroulé et les objectifs de cette mission.

En tout, ce sont deux échantillons qui ont été prélevés sur la Mars, le premier surnommé « Montdenier » et le second « Montagnac ». D’après les premiers retours de la Nasa, il se pourrait que ces deux morceaux de Mars soient d’origine volcanique et qu’ils contiennent des traces de sels.

Des « microscopiques capsules temporelles »

« Ces échantillons ont une grande valeur pour de futures analyses en laboratoire sur Terre », a expliqué Mitch Schulte, un des responsables de la mission martienne. Montdenier et Montagnac pourraient en effet offrir des informations très importantes sur l’environnement martien et son historique.

« Rochette », la roche martienne qui a servi au prélèvement d’échantillons // Source : Nasa/JPL-Caltech (photo recadrée)

Les minéraux cristallins devraient faciliter la datation radiométrique et offrir un moyen de reconstituer une frise chronologique partielle de ce qui s’est passé sur le cratère Jezero. « Chaque échantillon peut faire partie d’un puzzle plus large. En les plaçant dans le bon ordre, les scientifiques obtiennent un déroulé des événements les plus importants de l’histoire du cratère  » a détaillé la Nasa. La présence possible d’anciennes bulles d’eau martiennes piégées dans les minéraux salins des échantillons est également enthousiasmante. Ces dernières pourraient faire office de «  microscopiques capsules temporelles […] offrant des indices sur l’ancien climat et l’habitabilité de Mars ».

Rappelons que Perserverance n’a pas les moyens de trouver seul d’éventuelles preuves de vie sur Mars. Cela devra se faire une fois les échantillons revenus sur terre et l’analyse présente de nombreux défis.

Et maintenant ?

Les échantillons récupérés par Perseverance vont rester dans un premier temps bien en sécurité dans le ventre du robot avant d’être précautionneusement déposés sur le sol martien afin d’être récupérés plus tard par une autre mission qui devra les ramener sur Terre. Entre-temps, Perseverance va s’offrir un peu de repos, puisqu’à partir du début du mois d’octobre, les équipes «  cesseront de commander leurs vaisseaux pendant plusieurs semaines » en raison de la conjonction solaire entre la Terre et Mars qui pourrait brouiller les signaux.

Ensuite, Perseverance se rendra sans la zone du « Séítah », à 200 m de son emplacement actuel, pour tenter de trouver des roches plus anciennes qui permettront de reconstruire encore mieux l’histoire de la planète Mars.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo