Les caractéristiques du bolide observé dans le ciel breton le dimanche 5 septembre 2021 ont été précisées. L'objet s'est totalement désintégré au contact de l'atmosphère terrestre. Aucune météorite ne s'est donc formée.

Il est passé promptement dans le ciel, dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 septembre : un bolide (ou météore) a pu être aperçu au-dessus de la Bretagne peu avant minuit. Les nombreux témoignages des spectateurs et spectatrices de l’événement, ainsi que les observations de plusieurs stations, ont permis de progressivement affiner les connaissances autour de cet objet.

Dans la soirée du 6 septembre 2021, le projet de science participative Vigie-Ciel a donné de nouveaux détails sur le bolide, indiquant qu’il s’est intégralement décomposé au contact de l’atmosphère terrestre. Grâce aux caméras du réseau FRIPON (« Réseau de récupération de boules de feu (bolides) et d’observation interplanétaire »), les paramètres orbitaux et physiques du corps céleste sont plus précis.

Les paramètres du bolide aperçu en Bretagne. // Source : Fripon/Vigie-Ciel

Pas de formation d’une météorite

« La vitesse initiale de 21.5 Km/s ( ~ 77 500 km/h) et une inclinaison de 34° par rapport à l’horizontal n’ont pas permis la survie d’une météorite, l’objet d’une vingtaine de centimètres s’est complètement désintégré dans l’atmosphère », explique Vigie-Ciel. Il n’y a donc aucune chance d’en retrouver un morceau (et même si une météorite s’était formée, elle aurait sans doute plongé dans la mer, empêchant de toute façon d’espérer la retrouver). Le phénomène observé doit donc bien être qualifié de bolide, ou de météore (le phénomène lumineux provoqué par la chute d’un corps venant de l’espace, dans l’atmosphère de la Terre) et non de météorite (le fragment d’un corps solide évoluant dans l’espace, après sa chute sur la Terre).

L’objet est passé au zénith (à la verticale au-dessus) de Brest, avant de finir sa trajectoire dans la Manche, à une altitude de 39 kilomètres. Sa taille initiale (avant son contact avec l’atmosphère de la Terre) est désormais estimée à 22 centimètres de large et sa masse initiale à 40 kilogrammes. Quant à l’origine de l’objet, en raison de sa vitesse, les experts estiment qu’il doit certainement provenir des confins du système solaire, au-delà de la planète Neptune.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo