Deux sondes spatiales vont survoler Vénus à 33 heures d’intervalle, les 9 et 10 août 2021. Que va-t-il se passer lors de ce passage de Solar Orbiter, puis de BepiColombo ? L'évènement s'annonce comme une opportunité rare d'étudier la planète.

Voilà un événement qui ne se produit pas fréquemment : ces 9 et 10 août 2021, deux sondes spatiales s’apprêtent à effectuer chacune un survol de Vénus. À moins de 33 heures d’intervalle, Solar Orbiter puis BepiColombo vont s’approcher de notre voisine. Objectif : s’aider de la force gravitationnelle de la planète afin de mieux atteindre leurs destinations respectives dans le système solaire.

Comme l’explique l’Agence spatiale européenne (ESA) dans son communiqué du 2 août, « le double survol offre également une opportunité sans précédent d’étudier l’environnement de Vénus à partir de différents endroits en même temps, et de plus, à des endroits qui ne sont généralement pas visités par un orbiteur planétaire dédié ».

Que va-t-il se passer ?

Concrètement, comment vont se passer les deux survols de Vénus ?

  • Solar Orbiter, développée par l’ESA et la Nasa, doit survoler Vénus le lundi 9 août. Son passage le plus rapproché a lieu à 6h42 (heure de Paris, 4h42 UTC), à une distance de 7 995 kilomètres de la planète. Solar Orbiter effectue régulièrement des survols de Vénus pendant sa mission : cette assistance gravitationnelle lui permet à la fois de se rapprocher du Soleil et d’incliner son orbite (ainsi, la sonde aura une vue imprenable sur les pôles du Soleil).
  • BepiColombo, développée par l’ESA et la Jaxa, va quand à elle survoler Vénus le mardi 10 août, avec un passage rapproché à 15h48 (13h48 UTC) à une distance de 550 kilomètres à peine de l’astre. La cible de BepiColombo est Mercure, la planète la plus interne du système solaire. Grâce à ses survols de la Terre, Vénus et Mars, la sonde peut plus aisément se diriger vers son objectif, tout en luttant contre l’attraction gravitationnelle du Soleil.
Vue d’artiste de BepiColombo survolant Vénus. // Source : ESA/ATG medialab

Y aura-t-il des images du survol ?

Les deux sondes prendront des images lors de leur approche de Vénus. Il ne faut néanmoins pas s’attendre à des photos fourmillant de détails, car les caméras scientifiques ne pourront pas être utilisées (Solar Orbiter doit rester face au Soleil, tandis que la caméra principale de BepiColombo est actuellement protégée).

On peut noter que deux caméras de contrôle de BepiColombo prendront des images lors du survol, et dans les jours qui suivront, tandis que la sonde s’éloignera peu à peu de Vénus. Les images obtenues seront en noir et blanc. La première d’entre elles devrait arriver sur Terre dans la soirée du 10 août, les autres suivront le lendemain.

Les sondes vont-elles se « voir » l’une l’autre ?

Peut-on espérer que chacune des deux sondes parvienne à prendre une photo de l’autre ? Ce serait malheureusement assez improbable. Au plus près, les engins seront distants de plus de 575 000 kilomètres, souligne l’ESA.

Ensemble, Solar Orbiter et BepiColombo vont profiter de ce double survol de Vénus pour collecter des données sur l’environnement de la planète. Il sera même possible de compter sur un troisième appareil, la sonde spatiale Akatsuki de la Jaxa, un orbiteur qui tourne actuellement autour de Vénus. Les différentes mesures prises au moment du survol pourront ainsi être coordonnées.

Comment suivre ce double survol en temps réel ?

Les 9 et 10 août, vous pourrez rester au courant du déroulement de ce double survol de Vénus via les comptes Twitter de Solar Orbiter, BepiColombo ou via le compte ESA Operations.

Si vous avez des questions sur l’événement, vous pouvez les adresser (a priori, plutôt en anglais), via le hashtag #AskESA. Des réponses seront apportées le lundi 9 août à partir de 13h.

Et ensuite ?

La mission des deux sondes ne s’arrête évidemment pas là. Chacune doit réaliser encore un survol d’un astre d’ici fin 2021.

  • BepiColombo effectuera le tout premier survol de sa destination, Mercure, dans la nuit du 1er au 2 octobre — le premier d’une série de six survols. La sonde sera à 200 kilomètres de distance de l’astre.
  • Solar Orbiter réalisera son dernier survol de la Terre le 27 novembre, à une distance de 460 kilomètres. Sa mission principale pourra alors commencer, avec d’autres survols de Vénus afin de modifier de plus en plus l’inclinaison de son orbite autour du Soleil.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo