On dénombre actuellement 82 lunes qui orbitent autour de la géante gazeuse Saturne. L'une d'elles, Japet, fait l'objet d'une animation en 3D permettant d'explorer sa surface étonnante.

N’en déplaise à Jupiter, Saturne est la planète du Système solaire au plus grand nombre de lunes (en tout cas, connues à ce jour), avec officiellement 82 satellites naturels orbitant autour de la planète. Tous ne sont pas aussi célèbres que Titan ou Encelade. Connaissez-vous Japet, par exemple ? Si non, une opportunité de découvrir cet astre est offerte par le site Astronomy Picture of the Day (APOD). Le 13 juillet 2021, c’est une animation de Japet en trois dimensions qui a été diffusée par le site, qui publie chaque jour un contenu en rapport avec l’espace.

À l’aide de votre souris, ou de votre doigt si vous passez par un écran tactile, vous pouvez faire pivoter la lune et examiner toute sa surface, y compris en zoomant. Vous devriez dès lors constater par vous-même que l’aspect de cet astre n’est pas uniforme. De larges portions de Japet sont sombres et brunes, tandis que d’autres sont quasiment éclatantes de blanc.

La lune Japet, vue du dessus. Sa surface bicolore est spectaculaire. // Source : Capture d’écran APOD

En 2007, afin d’explorer davantage Japet, la sonde Cassini-Huygens partie explorer les environs de Saturne a plongé à moins de 2 000 kilomètres de distance de cette lune. Pour l’instant, les scientifiques ne savent pas de quoi est faite cette surface brune, précise APOD dans une légende accompagnant l’animation : des données obtenues dans l’infrarouge laissent soupçonner qu’il pourrait s’agir de carbone.

Une crête et un immense cratère

Sur cette animation en 3D, on voit nettement la crête qui court le long de l’équateur de Japet, lui donnant l’apparence d’une noix. On distingue aussi, en observant le sud de la lune, un immense cratère d’impact. Il s’étend sur 450 kilomètres (à titre de comparaison, Japet a un diamètre de 1 470 km environ). Il a même l’air de surmonter un autre cratère encore plus ancien.

Japet a été identifié pour la première fois le 25 octobre 1671, par Giovanni Cassini. Mais il a fallu attendre 1980 et 1981 pour aller voir le corps céleste de bien plus près — avec Voyager I et Voyager II — et qu’on obtienne une vue plus précise de ce petit point, dont la luminosité changeait en fonction de son orbite autour de Saturne. Les observations ont confirmé les intuitions de Cassini, qui se doutait que la lune avait une face plus sombre que l’autre. Les images ont notamment permis de constater que les deux hémisphères de Japet réfléchissent la lumière de façon différente. Japet est vraisemblablement constitué à trois quarts de glace, et à un quart de roche.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo