Une partie de la planète a assisté à une éclipse annulaire le jeudi 10 juin 2021. En France, l'événement était partiel, et n'a pas eu d'effet sur la luminosité ambiante. Il est possible de revoir cette éclipse de Soleil en ligne.

La seizième éclipse annulaire du 21è siècle a eu lieu le jeudi 10 juin 2021. À la mi-journée, une partie de la planète a eu la chance d’observer une éclipse de Soleil, lors de laquelle la Lune n’a pas totalement obscurci l’étoile. Au maximum de l’éclipse, les observateurs et observatrices les mieux placés ont vu un superbe anneau flamboyant entourant le disque lunaire.

En France, le phénomène ne s’annonçait que partiel, et assez peu spectaculaire. Le pays n’était pas traversé par la bande de centralité de l’éclipse. Dans le nord de la France, le limbe nord du Soleil a été momentanément « grignoté » par la Lune, beaucoup moins dans le sud. Vu de Paris, lors du maximum de l’éclipse partielle à 12h10, le Soleil n’était obscurci qu’à hauteur de 13,1 %.

Revoyez cette éclipse solaire

Vous n’aviez pas d’équipement adéquat pour tenter d’observer le phénomène ? Il est encore temps de revoir cette éclipse, qui a été diffusée en ligne.

  • Quand ? Le jeudi 10 juin 2021 à partir de 11h.
  • Où ? Sur la chaîne YouTube de l’observatoire de Paris.
  • Quoi ? L’éclipse partielle de Soleil, vue depuis la France.

Lors de ce live, les scientifiques de l’observatoire de Paris ont dirigé divers instruments vers le Soleil : un spectrohéliographe qui se trouve sur le site de Meudon (observant dans le rayonnement H alpha, ce qui permet de distinguer des protubérances sur le Soleil) ainsi qu’un radiohéliographe situé à Nançay (observant dans le domaine radio, ce qui permet de reconstituer une image de la couronne solaire).

L’éclipse annulaire vue depuis le Canada

Des événements étaient prévus pour permettre de suivre l’éclipse depuis d’autres endroits de la planète. Il est possible de les revoir. Le Virtual Telescope Project organisait ainsi un direct avec des images qui ont été prises depuis le Canada, où la phase annulaire de l’éclipse était visible. La Nasa était aussi en direct à partir de 11h, avec des images prises depuis le nord du Canada et l’Arctique.

La bande de centralité de cette éclipse, de 520 kilomètres de large, partait du nord-est du Canada et allait jusqu’à l’est de la Russie, en passant par le Groenland et le pôle Nord. Le phénomène s’est déplacé à la vitesse de 8 190 km/h sur la surface terrestre. Au maximum de cette éclipse, dans la ligne de centralité, l’obscuration du Soleil par la Lune était de 87,8 %. Même si les éclipses ne sont pas en elles-mêmes des événements rares (il y a obligatoirement au moins deux éclipses de Soleil par an), la probabilité d’y assister depuis un lieu donné est faible, car la bande de centralité ne couvre en moyenne que 2 % de la surface de la Terre, indique l’observatoire de Paris.

Sur la France, l’obscuration du disque solaire par la Lune n’a pas eu d’effet sur la luminosité ambiante. Le maximum a eu lieu entre 11h55 et 12h20, en fonction des lieux. Le tableau suivant résume les horaires de l’éclipse dans les principales villes de France.

Tableau des horaires de l’éclipse partielle du 10 juin 2021. // Source : © IMCCE – Observatoire de Paris / PSL

Observation directe : jamais sans protection

Pour rappel, qu’il y ait ou non une éclipse, il ne faut en aucun cas tenter d’observer le Soleil sans protection spéciale. Afin de profiter du spectacle en toute sécurité, il est indispensable de se munir de lunettes de protection portant un marquage CE de conformité. N’utilisez que des lunettes neuves, pour éviter tout risque d’usure ou de détérioration qui limiterait leur pouvoir filtrant.

Sinon, mieux vaut privilégier l’observation en ligne, en direct ou après, par l’intermédiaire d’un des événements cités dans cet article : aucun risque pour vos yeux !

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo