Le hasard fait parfois bien les choses. Alors que le rover Perseverance s'est posé sur Mars le 18 février, la planète pouvait être admirée le même soir à l'œil nu, lors d'une belle conjonction avec la Lune. C'est également le cas ce vendredi soir (si la météo le permet).

La planète Mars a reçu un nouveau visiteur : le rover Perseverance s’est posé sur la planète rouge le soir du 18 février 2021. Par un heureux hasard, ce même soir était l’occasion d’observer un joli rapprochement entre Mars et la Lune, si la météo n’était pas défavorable. Ainsi, il était possible de contempler la planète, tout en songeant au robot qui était en train d’y atterrir.

La Lune et Mars le 18 février 2021. // Source : Flickr/CC/Kevin Baird (photo recadrée)

Vu de la Terre, la Lune s’est approchée doucement de Mars. Cette rencontre pouvait être admirée dès 18h20, quand la planète rouge a fait son apparition dans le ciel, dans la constellation du Bélier. L’éclat rouge orangé de l’astre le rend bien discernable à l’œil nu, juste au-dessus d’une demi-lune (elle est pile dans la phase du premier quartier le vendredi 19 février). Mars cesse d’être visible à l’œil nu vers 1h20.

Retentez votre chance vendredi soir ! // Source : Nino Barbey pour Numerama

Vendredi soir, la Lune passe entre Mars et Aldébaran

Si vous avez manqué cette opportunité de voir la conjonction, ou que la météo empêchait de l’observer dans de bonnes conditions, voici une bonne nouvelle : vous pouvez retenter votre chance le soir du vendredi 19 février. Mars reste visible aux mêmes horaires. À 20h, le spectacle peut encore plus valoir le détour, car la Lune se trouvera pile entre Mars et Aldébaran, la plus brillante étoile de la constellation du Taureau. C’est aussi la 13è étoile la plus brillante du ciel nocturne.

Comme le montre notre superbe animation, Uranus n’est pas loin de ce rapprochement. Si l’astre ne fait pas partie des planètes que l’on peut espérer voir à l’œil nu, il peut devenir accessible avec une paire de jumelles. Par contre, la présence de la Lune non loin peut rendre son repérage plus difficile, du fait de la lumière renvoyée par le satellite naturel.

On vous l’accorde, le rover n’est pas exactement à l’échelle. // Source : Nino Barbey pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo