La mission Hayabusa 2 a exploré l'astéroïde Ryugu. Tandis que les analyses de l'échantillon récolté sur cet objet commencent, des scientifiques s'interrogent sur le processus qui a pu conduire Ryugu à perdre son eau.

Alors que l’analyse des échantillons rapportés sur Terre par Hayabusa 2 débute à peine, la mission apporte de nouveaux indices sur l’évolution de Ryugu. Ils pourraient aider à comprendre comment cet astéroïde, sur lequel la Jaxa a réussi à prélever un échantillon, a dû perdre son eau par le passé.

Dans une étude de la revue Nature Astronomy publiée le 4 janvier 2021, des scientifiques tentent de comprendre pourquoi l’astéroïde Ryugu n’est pas aussi riche en minéraux contenant de l’eau que d’autres astéroïdes peuvent l’être. L’hypothèse envisagée est celle d’ « une altération thermique primaire produite sur le corps parent de Ryugu », écrivent les scientifiques : l’objet à partir duquel Ryugu est né aurait pu se dessécher lors d’un événement qui l’aurait réchauffé.

Ce à quoi la surface de Ryugu doit ressembler. // Source : Wikimedia/CC/Kestrel (photo recadrée)

Un mystère plus large : l’origine de l’eau sur Terre

Le mécanisme qui a probablement desséché le corps parent de Ryugu n’est pas seulement intéressant à explorer pour mieux connaître cet astéroïde. Les scientifiques veulent comprendre plus largement comment l’eau devait être distribuée dans le système solaire au début de son existence. Ceci pourrait aider à percer le mystère de la manière dont elle a été apportée sur notre planète. Une possibilité est que des astéroïdes chargés en eau aient contribué à ce processus. Le prélèvement de l’échantillon par Hayabusa 2 pourrait aider à reconstituer l’histoire des minéraux contenant de l’eau dans des astéroïdes comme Ryugu.

Ryugu n’a pas été choisi par hasard comme cible par l’agence spatiale japonaise : il fait partie d’une famille d’astéroïdes sombres que l’on soupçonne d’avoir contenu des minéraux et des composés organiques. Ce type de corps aurait pu être à l’origine des chondrites carbonées, des météorites contenant de l’eau et riches en carbone trouvées sur Terre.

La teneur en eau de la surface et du sous-sol comparée

Ce sont les observations obtenues par Hayabusa 2 en survolant Ryugu qui sont exploitées par ces scientifiques, qui montrent que l’objet n’est peut-être pas si pourvu en eau qu’on pouvait s’y attendre. Quand la sonde s’est approchée de l’astéroïde en 2019, elle a éjecté un projectile qui a exposé des roches enfouies : il est ainsi devenu possible de comparer la teneur en eau de la surface et du sous-sol de Ryugu. Les scientifiques ont pu voir que les teneurs en eau paraissaient comparables.

Il n’était pas exclu que Ryugu se soit desséché lui-même, du fait d’une perturbation ou de passages rapprochés du Soleil par le passé. Néanmoins, les données semblent plutôt aller dans le sens du chauffage et de l’altération du corps parent de Ryugu, puisque sa surface et son sous-sol semblent similaires. « Nous considérons que le processus primaire d’altération thermique du matériau de Ryugu est plus cohérent avec un chauffage radiogène [ndlr : provoqué par des rayonnements ionisants, qui transforment les atomes en ions] et par impact sur le corps parent à partir duquel il s’est formé », écrivent les auteurs. Évidemment, il faudra attendre les analyses de l’échantillon prélevé pour s’assurer que ce scénario est le bon.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo