La première tentative de la sonde OSIRIS-REx pour toucher Bennu a réussi. La Nasa a présenté les premières images de la manœuvre, sur lesquelles on voit le bras de la sonde entrer brièvement en contact avec l'astéroïde.

« J’ai vraiment touché Bennu ! » : la Nasa a prêté une voix à la sonde OSIRIS-REx sur Twitter ce 21 octobre 2020, pour annoncer les premières images du contact entre la sonde et l’astéroïde. Dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 octobre, la mission de la Nasa a rempli son objectif : s’approcher de l’objet céleste et le toucher.

« Les données préliminaires montrent que la tête d’échantillonnage a touché la surface de Bennu pendant environ 6 secondes, à moins de 1 mètre de l’emplacement visé », complète la Nasa dans son tweet. Dans cette vidéo, on peut voir des images obtenues par l’instrument SamCam, tandis que la sonde s’approche de Bennu. Tout ceci se passe à 321 millions de kilomètres de distance de la Terre. Après les quelques secondes de contact, le vaisseau a pu reculer sans problème.

Le bras d’échantillonnage d’OSIRIS-REx, que l’on voit ici, est nommé TAGSAM (pour « Touch-And-Go Sample Acquisition Mechanism »). La seule partie de la sonde qui est entrée en contact avec Bennu est la tête ronde de cet instrument. Les images permettent d’observer le moment où la sonde, après être entrée en contact avec l’astéroïde, a éjecté de l’azote sous forme gazeuse, pour perturber la surface de l’objet.

Un contact qui a duré 6 secondes

Selon l’agence spatiale, sur les 6 secondes de contact avec l’astéroïde, la sonde OSIRIS-REx en a consacré 5 à tenter de collecter des matériaux à la surface de Bennu. La majeure partie du prélèvement s’est produite dans les 3 premières secondes. Lorsque la sonde a touché le site de prélèvement, elle se déplaçait à une vitesse de 10 cm par seconde (elle a ensuite reculé à une vitesse de 40 cm/s).

Représentation de l’instrument TAGSAM. // Source : NASA/Goddard/CI Lab

Les images que l’on voit ont été capturées pendant un laps de temps de 5 minutes. La vidéo commence quand la sonde est à 25 mètres au-dessus de l’astéroïde. Dans la dernière image, OSIRIS-REx est à 13 mètres de l’astéroïde (35 secondes après la manœuvre de recul).

Il va falloir encore du temps pour confirmer que la sonde a collecté un échantillon satisfaisant. L’objectif est de récolter un prélèvement d’environ 60 grammes. Son retour sur notre planète est prévu pour 2023. Si la première tentative de prélèvement s’avérait finalement infructueuse, la sonde aurait encore assez d’azote pour réaliser deux autres tentatives.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo