La Nasa est parvenue à établir un contact entre sa sonde et l'astéroïde Bennu. Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2020, le bras robotisé d'OSIRIS-REx a touché la surface de l'objet. Il faut maintenant vérifier qu'un échantillon satisfaisant a bien été collecté.

La sonde OSIRIS-REx (Origins-Spectral Interpretation-Resource Identification-Security-Regolith Explorer) a enfin touché Bennu (ou Bénou). Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2020, la sonde de la Nasa a réussi à entrer en contact avec l’astéroïde comme prévu. L’agence spatiale l’a confirmé dans un communiqué et via Twitter.

« Nous sommes sur le point de rapporter le plus grand échantillon jamais revenu de l’espace depuis Apollo », s’est réjoui Jim Bridenstine, l’administrateur de la Nasa, dans un tweet. La mission OSIRIS-Rex, qui vise le retour de l’échantillon pour 2023 sur Terre, est une première pour les États-Unis qui n’ont jamais fait revenir sur notre planète un prélèvement d’astéroïde obtenu dans l’espace.

L’animation suivante, publiée sur Twitter, montre en images de synthèse à quoi a dû ressembler le contact entre la sonde et l’astéroïde. On peut voir que le bras d’OSIRIS-REx émet de l’azote pour perturber la surface de l’objet, afin d’en collecter un morceau.

L’astéroïde Bennu se trouve actuellement à une distance de 321 millions de kilomètres de la Terre. Grâce à cet objet, les scientifiques espèrent mieux comprendre le système solaire, tel qu’il pouvait être il y a des milliards d’années.

La collecte de l’échantillon reste à confirmer

Ce que les données permettent d’affirmer pour l’instant, c’est que l’instrument TAGSAM de la sonde a bien établi un contact avec la surface de Bennu. Comme prévu, OSIRIS-Rex a envoyé de l’azote sous forme gazeuse. Peu de temps après le contact, le vaisseau s’est éloigné de l’astéroïde sans heurts.

Bennu vu en 3D par OSIRIS REx. // Source : NASA/University of Arizona/CSA/York/MDA

Les équipes de la Nasa ont encore du travail pour confirmer que le contact a bien permis d’obtenir un échantillon suffisant. Selon les indications de l’agence spatiale, il va falloir une semaine aux scientifiques pour estimer la masse de l’échantillon récolté par OSIRIS-REx. Pour savoir si l’événement s’est passé correctement, ils devront d’abord comparer les photos du site de prélèvement prises par la sonde, avant et après le contact, pour estimer le déplacement des matériaux sous l’effet de l’éjection de gaz. Ensuite, un instrument d’OSIRIS-REx, la caméra SamCam, devrait imager l’instrument TAGSAM pour tenter de voir si des poussières et roches y sont bien entrées.

Les véritables images du contact entre la sonde et Bennu ne sont pas encore mises en ligne, mais la Nasa a indiqué qu’elles devraient être rendues disponibles sur son site dans la journée du 21 octobre.

Si jamais il s’avère finalement qu’OSIRIS-REx n’a pas récolté un échantillon satisfaisant, une autre manœuvre d’approche avec Bennu devra être menée le 12 janvier 2021, sur un autre site de prélèvement.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo