Aux États-Unis, une émission de télé-réalité est en préparation pour mettre en compétition des gens ordinaires. Le prix en cas de victoire ? Un ticket pour monter à bord de l'ISS avec l'aide de SpaceX.

Si vous n’avez pas les moyens de faire du tourisme spatial en achetant à prix d’or un siège dans une navette, ou bien si vous n’avez pas la capacité d’être un véritable spationaute, votre seule chance de monter à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pourrait être… de ressortir victorieux d’une émission de télé-réalité. Cette troisième piste est en train d’émerger aux États-Unis, selon un article de Deadline du 17 septembre 2020.

Space Hero, la TV réalité pour choisir un astronaute

Dans les grandes lignes, le programme TV mettrait en scène des individus ordinaires ayant une passion prononcée pour la conquête spatiale. L’émission, qui s’appellera Space Hero si elle voit effectivement le jour, défiera les candidats et les candidates dans une sorte de pseudo-entraînement — avec des épreuves physiques, des challenges intellectuels et, on le devine aussi, de l’émotion, des doutes et des revanches.

Compte tenu du prix extrêmement élevé d’un vol touriste vers l’ISS, il est à parier que Space Hero fasse massivement appel à la publicité. Et pour maximiser les gains, en ayant des audiences permettant de faire monter les prix, il est prévu de faire participer les téléspectateurs par vote pour désigner celui ou celle qui montera à bord de la navette spatiale — une diffusion mondiale est prévue.

L’ISS orbite autour de la Terre à près de 400 km d’altitude et se déplace à près de 28 000 km/h.. // Source : Clément Larrive

Quand ce programme sera-t-il proposé à la télévision ? Ce n’est pas clair : compte tenu de la réalité épidémique, un lancement en 2020 ou 2021 parait hautement improbable — sans parler du fait qu’il faut aussi s’assurer de la disponibilité de l’ISS et de toutes les parties qui auront à assurer la mission, sans gêner par ailleurs les activités courantes de la station ou des entreprises en charge du transport spatial.

Il est aussi question d’un documentaire, projeté bien après l’émission de télé-réalité et l’aventure spatiale, qui reviendrait sur le parcours du gagnant ou de la gagnante, son passage dans Space Hero, ses dix jours dans la Station spatiale internationale, son vol de départ et son retour sur le plancher des vaches. Un programme qui pourrait aussi être diffusé et vendu aux chaînes ou en SVOD à prix d’or.

Décollage envisagé en 2023 avec SpaceX

D’après Deadline, le voyage surviendrait en 2023. En ce qui concerne l’encadrement du vol spatial lui-même, et donc du touriste-astronaute, c’est l’entreprise américaine Axiom Space qui est sollicitée. Celle-ci est connue pour concevoir des modules habitables pour l’ISS et la Nasa lui a demandé d’en fabriquer d’ici 2024. Et Axiom Space propose aussi des voyages touristiques, pour 55 millions de dollars.

Il est aussi signalé des discussions avec l’agence spatiale américaine. Il n’est pas encore clair s’il s’agit de donner par exemple un avis sur les épreuves et l’entraînement que vont devoir suivre les membres de Space Hero, et ce qu’il peut être attendu d’eux en termes de bagage scientifique, ou bien pour essayer de rendre utile le gagnant de l’émission de TV réalité une fois qu’il sera à bord de l’ISS.

Quant au vol et au rapatriement lui-même, c’est vers SpaceX qu’il faudra se tourner. La société américaine a démontré en 2020 sa capacité à acheminer sans encombre des astronautes professionnels et à les ramener sur Terre. D’ici 2023, la société aura engrangé encore plus d’expérience en la matière. En outre, SpaceX est partenaire d’Axiom Space pour ses projets touristiques extra-atmosphériques.

L’intérieur de la capsule Dragon. // Source : Wikimedia/CC/SpaceX Photos (photo recadrée)

La mise en chantier de Space Hero démontre un peu plus à quel point le secteur privé est désormais en mesure d’accéder à l’espace, y compris dans l’ISS, et qu’il s’agit maintenant d’un business presque normal. En la matière, c’est la Russie qui a dégainé la première en lançant la mode des touristes spatiaux — sept sont déjà partis. Deux autres doivent partir en 2021 et l’un d’eux doit même faire une sortie extra-véhiculaire.

Mais aux États-Unis, des projets semblables existent : Blue Origin, avec le milliardaire Jeff Bezos ; Virgin Galactic, avec Richard Branson, un autre milliardaire, ou bien SpaceX, qui en est au stade le plus avancé. Le groupe fondé par Elon Musk a annoncé en septembre 2018 vouloir transporter Yusaku Maezawa, encore un milliardaire, et huit autres personnes, pour leur proposer un survol de la Lune en 2023.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo